PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Environnement : Le Sénégal bénéficie de 90 milliards de Cfa pour promouvoir l’économie verte


Environnement : Le Sénégal bénéficie de 90 milliards de Cfa pour promouvoir l’économie verte

Voir l’article

La conférence des Nations-Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), en collaboration avec la Direction de l’environnement et des établissements classés (DEEC), a lancé ce mercredi à Dakar, la deuxième phase du processus d’examen national de l’export vert (ENEV) du Sénégal.  
Ce projet, financé à hauteur de 176 millions de Dollars (environ 90 milliards de Cfa), s’inscrit dans la promotion de l’économie verte dans un contexte mondial marqué par des changements climatiques. Ainsi, les revenus des petits exploitants agricoles des pays bénéficiaires devraient augmenter de 80% et permettre à la population de parvenir à l’autosuffisance en matière de consommation. Trois filières seront abordées lors de la rencontre : la mangue, l’anacarde et le cajou. 

Sidy Mohamed Taleb, Directeur du bureau régional de la Banque Islamique de développement, estime que le projet portant sur l’examen national de l’export vert «aidera le Sénégal à renforcer sa capacité de production et d’exportation pour lesquels il jouit d’un avantage naturel et comparatif une fois qu’il sera formulé et mis en œuvre ». Il ajoute que la collaboration de la Bid et du Cnuced aideront le pays à créer davantage de valeur ajoutée, à créer des emplois tout en garantissant une utilisation durable des ressources. «Ce projet profitera particulièrement aux petits producteurs et aux petits exploitants des communautés rurales défavorisées», assure-t-il. 

Selon lui, l’un des résultats escomptés de l’examen national de l’export vert, c’est d’avoir une meilleure compréhension des forces et des faiblesses au niveau national dans la production et  l’exportation des produits verts identifiés et des chaines de valeur qui y sont associées. L’autre objectif,  c’est la validation et la mise en œuvre, par les parties prenantes nationales, d’un ensemble de mesures et d’actions adoptées au niveau national,  visant à faire progresser la production et le commerce de produits verts. 

Cheikh Fofana, directeur adjoint des établissements classés au  ministère de l’Environnement et du développement durable a, lui, accentué son discours sur la nécessité d’une meilleure protection de l’environnement. Pour lui, cet atelier consiste à discuter des enjeux, des perspectives mais également des activités à mettre en œuvre afin d’élaborer un document pour accompagner les responsables des filières. L’objectif d’Enev consiste à booster les exportations. 
Quant à Malick Kane, représentant de l’Unctad, les travaux vont s’orienter sur la chaine de valeur, les répartitions de revenus, la circularité au niveau de la filière et la création de valeur ajoutée. Ce, pour valider la production durable et les exportations au niveau des filières mangue, anacarde et cajou. 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *