Slide background

Ziguinchor/Commémoration du naufrage du bateau  » Le Joola « : 19 ans après la plaie toujours ouverte.

A Ziguinchor la traditionnelle cérémonie commémorative du naufrage du bateau le joola s’est tenue ce Dimanche 26 Septembre au port de Ziguinchor.
La délégation gouvernementale arrivée aux environs de 09 heures s’est rendue au cimeterre de Kanténe pour des prières et un dépôt de gerbes de fleurs. Direction le port de Ziguinchor où les allocutions ont eu lieu.

Devant la délégation gouvernementale venue prendre part à cette cérémonie, le président de l’association nationale des familles des victimes et rescapés du bateau le joola a réitéré la doléance relative au renflouement de l’épave pour dit-il leur libérer de l’allégresse.
Le Ministre des Forces Armées accompagné de Mme Assome Aminata DIATTA, Ministre du Commerce et des PME, a exprimé une pensée pieuse aux victimes. M. Sidiki Kaba qui a dirigé la délégation gouvernementale, a salué le niveau d’exécution des investissements structurants en Casamance pour soulager les populations .
Le Ministre s’est également félicité de la sécurisation de zones jadis occupées et le déploiement des infrastructures sociales de base pour améliorer les conditions de vie des populations.

Le Joola est le ferry qui assurait la navette entre la capitale sénégalaise et la région naturelle de Casamance. Il sombre le 26 septembre 2002, causant 1 863 morts et disparus selon le bilan officiel. Les associations de familles de victimes évaluent le nombre de morts à plus de 2 000, en toutes hypothèses, plus que le naufrage du Titanic (1 500 morts), constituant ainsi l’un des naufrages les plus meurtriers de l’histoire en temps de paix à ce jour. Il n’y a que 65 survivants. Le Joola était conçu pour transporter 536 passagers.


Le 26 septembre 2002, peu avant 23 heures, le Joola surchargé de plus de trois fois le nombre normal de passagers, se retourne en moins de 10 minutes au large de la Gambie, à environ 40 km de la côte. Seuls deux canots pneumatiques de sauvetage peuvent être ouverts, plusieurs heures après le naufrage. Certains passagers se réfugient sur la coque du navire retourné, mais l’immense majorité reste piégée à l’intérieur ou se noie. Les pêcheurs présents sur place interviennent le lendemain matin au lever du jour. Les secours officiels arrivent en fin d’après midi.

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *