PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Paix en Casamance : PIT/SENEGAL SALUE LE TRAVAIL DE LA COSCPAC

Partager

La Coalition des Organisations de la Société Civile pour la Paix en Casamance (COSCPAC) a organisé une rencontre entre les émissaires du mouvement venus des différentes factions rebelles, au Cap Skiring, les 27 et 28 mars 2021. Ce qui n’est pas loin d’une première depuis que le MFDC a éclaté en plusieurs factions tant au sein de son aile combattante -ATIKA- qu’au sein de son aile politique. A la fin de cette rencontre historique, le chef du village de Kouram (département de Bignona) a lu la  déclaration adoptée dont voici quelques extraits parmi les plus significatifs:
D’abord, «considérant que l’unité est indispensable pour la résolution du conflit en Casamance, nous sommes tous d’accord de nous pardonner mutuellement ; condition préalable pour préparer les négociations». Ensuite, «les différents responsables des ailes politiques du MFDC, engagés et ici présents, ont exprimé la nécessité de se retrouver pour travailler la main dans la main et dans le but de faire cesser toute action de violence et se concentrer sur le projet futur d’aller à la table des négociations avec l’Etat du Sénégal». Enfin, l’engagement de mettre en place un «comité qui va travailler à la base pour un rapprochement de tous les membres» Au vu de tout cela, le PIT/SENEGAL qui a noué, depuis 2009, avec des responsables civils du MFDC et des «Socio-cultures de Casamance», un «Partenariat pour le retour de la paix dans la vérité en Casamance», félicite chaleureusement la COSCPAC pour avoir réussi cet exploit consistant à poser un jalon permettant d’aller résolument vers la tenue de négociations de paix avec le MFDC.Le PIT/SENEGAL apprécie, à leur juste valeur, le courage patriotique et l’engagement pour une paix négociée dont ont fait montre les différents responsables des ailes politiques du MFDC ayant participé à cette rencontre.

Le PIT/SENEGAL demeure cependant conscient du fait que certains responsables de l’aile politique du MFDC, vivant en France, en Suisse, en Allemagne et au Canada et qui  bénéficient, avec leurs familles, des avantages de leur naturalisation dans ces pays, œuvrent, quotidiennement, à radicaliser une partie de l’aile combattante, aux fins d’ entraver tout processus menant vers une paix négociée et durable.

Aussi, afin que leurs actions malfaisantes pour nos compatriotes vivant en Casamance et nuisibles pour la nation toute entière n’entravent le processus de réconciliation historique du Cap Skiring, le PIT/Sénégal exhorte le Gouvernement à obtenir de ces pays, par les voies les plus appropriées, la cessation de leurs activités subversives, au nom des relations de confiance et d’amitié qui existent entre nos pays.

Pour le PIT/SENEGAL, cette démarche est d’un enjeu diplomatique important concernant les relations entre le Sénégal et ces pays qui ne devraient pas servir de base d’impulsion d’une déstabilisation menaçant l’intégrité de notre territoire.

Bien entendu, le PIT/SENEGAL est conscient que les ennemis du retour de la paix en Casamance ne sont pas seulement à l’étranger : ils vivent aussi au Sénégal et font de la crise en Casamance un fonds de commerce aux fins de s’enrichir par le développement de trafics de tous genres.


Face à ces  fossoyeurs de la paix en Casamance et de l’unité territoriale du Sénégal, le Parti de l’Indépendance et du Travail, fort de son «Partenariat» évoqué plus haut mais aussi de la confiance de l’Association des Cadres de Casamance et du Groupe de recherche de la paix autour du Ministre Robert SAGNA, avec lesquels il a eu des échanges qui ont abouti à une commune volonté de créer ensemble un vaste «mouvement national de soutien pour le retour de la paix en Casamance», le PIT/SENEGAL donc ne ménagera aucun effort pour conforter la dynamique de la COSCPAC. Il est impératif  que ce mouvement, en gestation, bénéficie de l’apport, du soutien et de la solidarité nécessaires à la réussite  du processus qu’elle a enclenché.

Le PIT/SENEGAL prendra les initiatives nécessaires en direction des forces politiques, au pouvoir comme dans l’opposition, des organisations syndicales et patronales, de la société civile et du monde rural, pour la mise en place, dans les meilleurs délais, de ce «vaste mouvement national pour la paix en Casamance».

                                         
                                                Fait à Dakar, le 30 mars 2021

                                         Le Secrétariat du Comité Central




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *