PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

08 Mars : « Les filles subissent beaucoup de violence, mais… » (Élisabeth Massaly Senghor, COSYDEP)


08 Mars : « Les filles subissent beaucoup de violence, mais ne les dénoncent pas, c’est culturel! » (Élisabeth Massaly Senghor, COSYDEP)

Au Sénégal, les données disponibles sur la prévalence de la violence basée sur le genre à l’école révèlent que les jeunes filles sont victimes de formes de violence autour ou au cœur de leur établissement scolaire. Ces violences ont une influence directe sur la scolarisation et les poussent même parfois à abandonner l’école. Banalisées, elles restent fréquemment un sujet « tabou », ce qui rend difficile leur identification, leur reconnaissance et leur prise en charge. Ainsi, dans le cadre de la célébration de la journée internationale des femmes, la COSYDEP, l’ONG ONE Campaign et SDSN et en partenariat avec le Lycée Seydina Limamou Laye, le Groupe Scolaire St Pierre et le CEM Hann Mariste, ont organisé une table ronde autour du thème « Les violences à l’égard des filles en milieu scolaire : Quelles mesures et solutions durables » le jeudi 07 mars 2019 au centre culturel Blaise Senghor de Dakar. 
Selon la chargée du suivi-évaluation de la COSYDEP, Mme Elisabeth Massaly Senghor, « les filles subissent beaucoup de violence mais ne les dénoncent pas, c’est culturel. » Il s’agira, pour la COSYDEP « de réfléchir sur comment (avec les familles, les gouvernements scolaires, les comités de gestion, les APE etc. …) mettre en place dans chaque école, les inspections d’académie, dans les inspections de l’éducation et de formation, un dispositif d’alerte précoce et un 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *