full screen background image

Zone des Niayes/Exploitation abusive des dunes de sables: le chef de l’Etat siffle la fin de la récréation.

: sur la question de la préservation des Ecosystèmes du littoral, le Président de la République a rappelé l’urgence de la protection de la zone des Niayes et demande, aux Ministres de l’Environnement et du Développement durable, des Mines et de la Géologie, des Collectivités territoriales, du Développement et de l’Aménagement des Territoires et de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique, d’entreprendre des actions allant dans le sens de préserver les dunes de sable dont l’exploitation abusive par des entreprises privées, notamment dans les zones de Diogo et de Bambilor, entraine une dégradation continue de l’écosystème du littoral. Depuis 2008, il est constaté une mutation géographique majeure, à savoir la transition urbaine mondiale de ces dernières décennies. La population rurale serait actuellement autour de 3,3 milliards d’individus soit un peu moins de la moitié de la population mondiale. Près de 700 villes nouvelles, hébergeant plus de 250 millions d’habitants, se sont créées depuis les années 1990. Les mégalopoles grossissent, s’étendent, accroissent leur emprise tant en terme d’infrastructures et de bâti qu’en terme de réseaux et de mobilité. L’urbanisation rapide, pose des défis de logement et d’alimentation à la communauté internationale dans son ensemble et particulièrement aux pays en voie de développement. Phénomène universel, elle a connu une accélération particulière dans les pays comme  le  Sénégal. La zone des Niayes n’est nullement épargnée surtout avec l’exploitation des sables de dune.

Pour rappel, le ministre, maire de Sangalkam, M. Oumar GUEYE, lors de la cérémonie d’ouverture de l’atelier de partage des projets des codes de l’urbanisme et de la construction, tenue le 16 Octobre dernier, avait déjà tiré la sonnette d’alarme. Selon lui,  « C’est une préoccupation car on est en train de détruire notre environnement dans notre zone Sangalkam, Déni Biram Ndao. Les dunes sont en train de disparaître. 1000 camions par jour squattent cette zone des Niayes. La question que moi je me pose dans les zones où il n’y a pas de sable de dune, comment font les gens pour construire ? Il faut trouver des alternatives… » , avait-il dit.

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.