PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Sénégal/Covid-19: Le Dr Moussa Thior critique le MSAS et prône la libre circulation

Stigmatisation des malades de Covid-19.

Déjà confrontés à la maladie, des victimes de la Covid-19 font face à la stigmatisation. Certains doivent cacher la situation autour d’eux. Dr Moussa Thior, invité  ce dimanche de l’émission Grand Jury de la Rfm, indexe la communication du ministère de la Santé «focalisée» sur la peur.

«La stigmatisation vient de la façon de communiquer du ministère de la santé. Notamment sur la définition des cas communautaires, laquelle a fait peur aux gens. Si on veut régler ce problème de stigmatisation, le ministère doit revoir sa manière de communiquer», recommande Thior.

Même si le ministère de la Santé a voulu donner des gages de transparence à travers ses communiqués de presse, le format employé a également renforcé l’angoisse.

Thior laisse entendre que  « le fait de relater quotidiennement le nombre de cas a conduit la population à s’attendre tous les soirs à l’hécatombe, conformément à la chronique d’une catastrophe annoncée sans cesse relayée par la presse et les réseaux sociaux.

Une communication qui, à son avis, est inefficace. Pour le toubib, il est  nécessaire de communiquer de façon à amener les populations à identifier les risques, à évaluer et comprendre leurs vulnérabilités. C’est ce qui peut les inciter à adopter les bons comportements et à s’approprier les mesures de lutte.

«Il faut lever l’interdiction de circuler entre les régions»

L’ex-Coordonnateur du Programme national de lutte contre le paludisme (Pnlp) parle encore. Après avoir déclaré qu’il faut laisser le virus de la Covid-19 circuler, Dr Moussa Thior fait une autre suggestion, et non des moindres, aux autorités. «Il faut lever l’interdiction de circuler entre les régions», a-t-il déclaré, ce dimanche, sur le plateau de l’émission Grand Jury de la Rfm.

Motif ? Pour Dr Thior, au regard des chiffres du coronavirus au Sénégal, la Covid-19 n’est pas très contagieuse. «Le taux de létalité est de 1% et cela dénote un excellent indicateur qui renseigne sur la qualité de la prise en charge des malades», soutient l’expert en santé publique.

Mieux, il demande que l’état d’urgence et le couvre-feu soient levés avant la date du 2 juin, estimant que ces mesures de restrictions ne se justifient pas.

«Dakar a la particularité de contenir l’essentiel des soins de santé. Les malades qui sont dans les régions et qui ont rendez-vous à Dakar, comment feront-ils pour venir avec l’état d’urgence ?», s’interroge-t-il.

Avant d’ajouter : «Le confinement ne sert à rien, car la transmission n’a pas été rompue au bout de deux mois. Le virus continue toujours à circuler. Le confinement n’est qu’un élément qui vient s’ajouter à l’armada de lutte contre la maladie».

Selon Thior, le virus n’a pas la même virulence en Afrique qu’en Chine ou Europe. «Le virus a un comportement dans un environnement X et un autre dans un environnement Y.»

Pourquoi le virus n’est pas virulent en Afrique ? Dr Moussa Thior trouve la réponse dans la jeunesse de la population africaine. «La majorité de la population du Sénégal a une moyenne d’âge comprise entre 19-20 ans», a-t-il souligné.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *