Régulation de la presse/Dérives dans les réseaux sociaux : Macky SALL en phase avec le SYNPICS.

« Un secteur comme celui des médias doit être régulé mais il ne s’agit pas de gendarmer » (SG Synpics)

Le SG du Synpics, Bamba Kassé, a montré sa plus grande préoccupation sur la floraison des réseaux sociaux et son lot d’insanités qui dépravent la jeunesse Sénégalaise. Présentant le cahier de doléances des acteurs de la presse qui coïncide avec la journée internationale de la liberté de presse, le syndicaliste appelle le président de la République à réguler les réseaux sociaux et la création de médias en ligne. « Vous permettrez qu’on vous dise notre inquiétude sur le fait que la propriété des médias soit une nébuleuse, que la création de médias professionnels soit sans contrôle, que n’importe qui, sénégalais ou étranger, puisse se lever et créer un canal de diffusion du faux à destination de notre population et particulièrement de notre jeunesse, et de mettre ainsi en danger par la propagande, les fondements de notre République. »

« Un secteur comme celui des médias doit être régulé. Il ne s’agit pas de gendarmer les producteurs et diffuseurs de contenus informationnels, mais d’établir un cadre juridique de responsabilité et de se donner les moyens de contrôle et de surveillance idoine pour le bien de nos populations. Pour préserver notre jeunesse. C’est possible Monsieur le Président de la République et ce n’est pas un luxe, surtout pour des pays comme le Sénégal, qui reste un îlot de stabilité. Vous comprendrez donc, Excellence Monsieur le Président de la République que nos revendications structurelles demandant une réactualisation de la Régulation avec la prise en charge du secteur digital par un organe de Régulation plus efficace que l’actuel, soit encore actuel. Devrions-nous aller vers une interconnexion CNRA-CDC et ARTP pour avoir le bon système ? c’est une question ! Nos assises des médias y apporteront certainement une réponse qui, on l’espère, sera examiné avec soin par son Excellence », a conclu Bamba Kassé.

« Nous allons très clairement y mettre un terme d’une façon ou d’une autre… » (Macky Sall )

Le chef de l’État accueillant ce mardi les centrales syndicales regroupant les travailleurs du Sénégal dans le cadre de la célébration du 1er mai, s’est ouvertement prononcé sur les dérives au niveau des réseaux sociaux qui inquiètent de jour en jour. En effet, Macky Sall considère que ces dérives sur les réseaux sociaux sont devenues un vrai cancer des sociétés modernes.

« Aucune société organisée ne peut accepter ce qui se passe aujourd’hui chez nous. Nous allons y mettre un terme d’une façon ou d’une autre », confie le chef de l’État devant les syndicats, notamment le Synpics qu’il rassure de son attention sur les conclusions des assises de la presse.

« L’État même a engagé une réforme, mais nous voulions attendre vos conclusions pour intégrer le tout dans une loi qui devra passer et réguler le tout d’une façon sérieuse », assure le président de la République. Cette régulation, selon le chef de l’État, participe aux efforts de sauvegarde de l’intérêt national, de respect, de la concorde nationale et de la dignité des personnes…

« 29 quotidiens dans un pays comme le Sénégal, c’est de l’anarchie, 450 sites d’information, ce n’est pas possible! » (Macky SALL)

Le Chef de l’État après avoir bien pris note des complaintes du Sg du Synpics sur la situation de précarité des agents de la presse, a manifesté son soutien vis-à-vis des travailleurs du monde la presse.

Macky Sall, sur un ton ferme, soutient : « l’État ne peut pas laisser la précarité régner dans ce milieu car elle va entrainer des déviances qui vont être très mauvaises pour notre démocratie et le développement équilibré de notre nation. »  

Aussi, il a dénoncé la floraison de la presse et des sites d’informations qui pullulent comme des champignons. « 29 quotidiens dans un pays comme le Sénégal, c’est de l’anarchie, 450 sites d’information, ce n’est pas possible! »

La situation dans les médias publics est aussi évoquée par Macky Sall qui a ordonné encore une fois de plus au ministre de la communication de s’entretenir avec les trois Dg pour une sortie de crise.

« L’ostracisme dans les médias publics, on m’avait dit que les choses ont évolué au Soleil. Mais là je note que la situation est restée entière. J’instruis le ministre de la Communication de s’entretenir avec les DG de la Rts, du Soleil et de l’Aps pour qu’on  dépasse cette situation», a conclu le président de la République…

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.