SUNUGOX.INFO

Nos filles sont devenues meilleures que nos garçons ( Mary T. Niane)

À l’école primaire, au collège, au lycée, dans les BTS, dans les ISEP, dans les écoles d’ingénieur, dans les universités les filles se classent parmi les premiers si elles ne sont pas les premières.

Dans les cérémonies de distribution des prix des établissements scolaires et dans les cérémonies de graduation des établissements de l’enseignement supérieur ce sont les filles qui trustent les premières places et très souvent les prix spéciaux.

Le Concours général couronne le tout avec les filles qui y obtiennent les prix les plus prestigieux.

Où sont passés les garçons ?

Dans les familles nous constatons que malgré les charges ménagères qui leur incombent en partie ce sont les filles qui sont les plus motivées, les plus travailleuses, celles qui croient le plus en elles-mêmes, les plus rigoureuses et les plus résiliantes.

Les papas font souvent plus confiance à leurs filles qui sont leurs amies.

C’est à sa fille qu’un papa confie secrètement son épargne à l’insu du reste de la famille.

Les filles sont très encadrées et surveillées par leurs mamans.

Nos filles s’impliquent beaucoup à la maisons dans les activités domestiques et pourtant elles réussissent mieux à l’école malgré des conditions qui y sont plus favorables aux garçons notamment la question des toilettes et de la promiscuité.

Les filles sont plus disciplinées et moins agitées que les garçons.

Il y a malgré tout une discipline où les garçons résistent relativement bien: les mathématiques.

Bientôt il faudra mettre en place un programme de maintien des garçons à l’école !

Qu’est ce qui explique cette situation ? Pourquoi les filles aiment-elles moins les mathématiques ?

Le parolier français Jean Ferrat disait : la femme est l’avenir de l’homme.

Au Sénégal, n’avons-nous pas les prémisses que l’avenir est aux femmes ?

Dakar, samedi 13 août 2022
Mary Teuw Niane

Partager