Nécrologie : Décés de Lamine Diack, ancien président de l’IAAF

Le Sénégal est en deuil! Lamine Diack, ancien président de l’association internationale des fédérations d’athlétisme est décédé tôt ce matin, a appris Dakaractu. Une information qui bouleverse particulièrement le monde sportif. Lamine Diack a été inspecteur des impôts et domaines dans l’administration sénégalaise.  Décédé à l’âge de 88 ans, Lamine Diack, selon les informations de Dakaractu, sera inhumé ce vendredi après la prière de 14h. Né le 7 juin 1933 à Dakar, Lamine Diack a été  athlète de haut niveau au saut en longueur avant les indépendances. Il est devenu champion de France en 1958 avec un saut de 7,63 mètres. Il est également champion de France universitaire en 1959 avec un bond de 7,72m. Entre 1950 et 1960, Lamine Diack occupe différentes fonctions au sein des organisations sportives. Il fut joueur du club Dakarois du Foyer France Sénégal (FFS), club qu’il entraîne avant de devenir le directeur  technique national pour l’équipe du Sénégal de Football de 1964 à 1968.

Sportif dans le sang, Lamine Diack a été le premier président de la Confédération africaine d’Athlétisme en 1973, puis il devient membre du comité National olympique du Sénégal en 1974, ensuite il en devient le  président de 1985 à 2002.

Lamine Diack et la politique                                      

Lamine Diack est également un homme politique, il fut maire de Dakar de 1978 à 1980, député à l’Assemblée nationale et ministre des Sports de 1978 à 1993.

Vice-président de la fédération Internationale de l’Athlétisme (IAAF), Lamine Diack est élu président  lors d’une séance extraordinaire en décembre 1999 suite au décès de son prédécesseur l’Italien Primo Nebiolo.   

En août 2011, Diack  est réélu président de la fédération Mondiale de l’Athlétisme pour un mandat de quatre ans lors du 48e congrès  de l’Iaaf par 173 voix pour et 27 contre.

Lamine Diack a affirmé, lors de son procès, en juin 2020, avoir utilisé l’argent versé par les athlètes russes cités lors de scandales de dopage, pour financer la campagne électorale présidentielle de l’opposition, à l’époque; l’actuel président de la République Macky Sall en faisait partie. D’aucuns avancent qu’il avait soutenu financièrement les Assises Nationales dans l’unique but de faire tomber l’ancien Président de la République Me Abdoulaye Wade.

2015 débute ses déboires avec la justice…

Lamine Diack est mis en examen en novembre 2015 pour corruption passive et blanchiment, il est suspendu du Comité International Olympique. Le 11 novembre 2015, il démissionne. Diack et son fils Massata Diack sont accusés d’avoir reçu des pots-de-vin dans le cadre d’un scandale sur le dopage russe, mais également d’avoir monnayé l’organisation des championnats du Monde d’Athlétisme 2019 au Qatar.  

Cinq ans après, en juin 2020, Lamine Diack est jugé devant la 32e chambre correctionnelle du tribunal de Paris. Il est soupçonné de corruption et de blanchiment d’argent dans le cadre d’un scandale de dopage russe. Le parquet national financier (PNF) l’accuse d’avoir obtenu 3,45 millions d’euros auprès d’athlètes soupçonnés de dopage afin de dissimuler ces soupçons et leur permettre de continuer à participer aux compétitions, notamment aux Jeux olympiques de Londres en 2012.

Lamine Diack est assigné à résidence à Paris et risque une peine d’emprisonnement maximale de 10 ans.

Le 18 juin 2020, le procès de Lamine Diack et de cinq autres personnes, dont son fils Papa Massata Diack, a pris fin. La défense de Lamine Diack a réclamé l’indulgence du tribunal, en évoquant, notamment, l’âge (87 ans) de Lamine Diack.

Condamnation à payer une amende de …

Le 16 septembre 2020, Lamine Diack a été condamné à quatre ans de prison, dont deux ferme, pour son implication dans un réseau de corruption destiné à cacher des cas de dopage en Russie.  Il a été reconnu coupable de corruption active et passive et d’abus de confiance et a été condamné à une amende maximale de 500 000 euros. Ses avocats ont immédiatement annoncé qu’il faisait appel.

En mai 2021, Lamine Diack a bénéficié d’une levée de la mesure d’interdiction de sortie du territoire français, contre le paiement d’une caution de 500 000 euros (environ 330 millions de FCFA). Une caution payée en partie par « ses amis », les dirigeants du club Jaraaf de Dakar. L’ancien président de la Fédération internationale d’athlétisme était de retour à Dakar depuis le 11 mai 2021. Il est décédé dans la nuit du jeudi 2 au vendredi 3 décembre à Dakar, auprès des siens. La levée du corps est prévue, ce vendredi 3 décembre  à 14h30, suivie de l’enterrement au cimetière de Yoff.

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.