SUNUGOX.INFO

Loyer et produits à grande utilisation: Macky Sall à l’écoute des associations de consommateurs.

Face à la crise persistante et la dynamique inflationniste, le président de la République Macky Sall a jugé pertinent d’initier un échange avec les associations de consommateurs. Les concertations ont été lancées ce lundi à travers une réunion présidentielle dirigée par le chef de l’État en présence du Premier ministre et d’autres membres du gouvernement. Les télécommunications, la problématique des banques, l’association pour La Défense des locataires (Association sénégalaise pour l’environnement,  l’Association sénégalaise pour les nations unies, l’association des consommateurs du TIC (qui prône aussi l’introduction d’une disposition de loi interdisant les opérateurs de télécoms d’être à la fois dans le marché du gros et dans le marché du détail, le collectif contre la vie chère etc…, ont été autant de regroupement de consommateurs évoluant dans différents secteurs, qui ont donné des propositions et recommandations au gouvernement pour atténuer les souffrances des Sénégalais. Au cours des interventions, les questions qui reviennent en boucle restent celles du loyer, celle du prix des produits de grande consommation, la problématique de l’eau, de l’électricité, des télécommunications. Au moment où ces lignes sont écrites, le président et le gouvernement sont en train de recueillir ces propositions avant d’apporter de potentielles solutions.

La CICODEV s’alarme face à l’impuissance de l’État.

Au Sénégal, l’inquiétude sur la hausse des prix de denrées de première nécessité ne cesse de grandir. La pandémie de Covid-19 et la guerre en Ukraine ont provoqué une hausse des prix des produits de base. Ainsi, pour tenter de régler ce problème, le président de la République a reçu au palais ce 26 septembre une délégation des associations de consommateurs du Sénégal. Lors de cette rencontre, l’association de consommateurs n’a pas caché son inquiétude face à la montée des prix que l’État n’arrive toujours pas à maîtriser.
En effet, le président avait le souhait de baisser les prix des denrées alimentaires pour soulager durablement les ménages sénégalais face à la hausse des prix au sortir d’un Conseil des Ministres du jeudi 24 février 2022. Et pourtant les résultats n’ont pas suivi sur le terrain. Prenant la parole, M. Amadou Kanouté, directeur exécutif de Cicodev Afrique, ne cache pas son inquiétude face à la hausse des prix et l’application des prix fixés par le gouvernement depuis le mois de février.  Ainsi, à travers une enquête mené sur deux mois dans les 14 régions du Sénégal et qui a touché 821 personnes dont des consommateurs, des grossistes, des semi grossistes, des boutiquiers détaillants entre autres, le directeur de Cicodev, a exposé les résultats de cette enquête. 
Selon les chiffres de l’enquête, 82,22% (soit 675) des consommateurs enquêtés disent que la décision portant sur la baisse des prix n’est pas appliquée dans leurs différents points d’achat, alors que 44% des grossistes soutiennent qu’ils n’appliquent pas la décision portant baisse des prix dans leurs points de vente. Toujours selon cette enquête, lorsque qu’il a été posé la question sur les raisons pour lesquelles la décision gouvernementale de baisser les prix n’est pas appliquée, 20% de grossistes et 15% des semi grossistes déclarent que la baisse des prix n’est pas effective chez leurs fournisseurs et 12% des grossistes et 16% des semi grossistes considèrent que leurs anciens stocks ne sont pas écoulés. Par conséquent, ces chiffres montrent clairement la difficulté pour le gouvernement sortant de faire respecter les dispositions de l’État pour régulariser le marché.
 D’ailleurs, l’État du Sénégal avait annoncé avoir procédé à une renonciation de taxes et impôts à hauteur de 97 milliards de francs CFA pour tenter de soulager les ménages défavorisés, ce qui est un échec, selon M. Amadou Kanouté.
Dans sa deuxième partie d’intervention, le directeur exécutif de cicodev Afrique, a interpellé le Président Macky Sall sur l’utilisation des Organismes Génétiquement Modifiés (OGM). Il exhorte le président à ne pas promulguer la loi sur la biosécurité qui autorise l’importation, la mise sur le marché et la distribution des produits issus des OGM. Pour finir son allocution, Amadou Kanouté, directeur exécutif de Cicodev Afrique s’alarme sur l’utilisation de certains produits. « Si nous n’arrivons pas à contrôler et réguler l’entrée et l’utilisation des pesticides qui sont visibles, qu’en sera-t-il des OGM qui sont insérés dans les produits que nous et le bétail allons consommer? »

Un investissement de 24 milliards prévu pour les infrastructures de stockage

La question des chambres froides a figuré en grande partie au centre des discussions entre les producteurs agricoles, les importateurs et le gouvernement du Sénégal. La réunion présidentielle sur les concertations contre le coût de la vie chère présidée par le chef de l’Etat Macky Sall se déroule en ce moment au palais présidentiel. Un moment d’échanges et de recherche de solutions sur les options d’allègement du pouvoir d’achat et de l’accès à moindre coût des denrées de première nécessité.
Au moment d’évoquer la question de l’oignon et de la pomme de terre, les producteurs ont pris la parole devant le gouvernement pour donner les manquements dans leur secteur d’activité.
Pour la production locale d’oignons, il y a à noter que les efforts du gouvernement sont, d’après les producteurs, salutaires, mais l’insuffisance des infrastructures de stockage et des unités de transformation reste la principale inquiétude des producteurs. Le président Macky Sall, en voulant élucider cette question, a interpellé l’ancien ministre des finances et du budget. Abdoulaye Daouda Diallo,  et rappelé, devant les producteurs, que pour ces unités de stockage, il a été prévu un investissement de 24 milliards de francs CFA. Cet investissement, sera pour la conservation des produits à long terme…

Partager