Louga/Violence en milieu scolaire : 138 acteurs de l’éducation outillés contre les VBG à l’école..

Des principaux de collèges, des directeurs d’écoles et des référents genre provenant d’un échantillon de quarante(40) écoles/établissements du département de Louga ont pris part à un atelier de trois jours (5 au 7 mai 2022) centré sur la gouvernance scolaire et les stratégies de lutte contre les violences basées sur le genre(VBG) en milieu scolaire.


L’objectif de cet atelier, selon la Coordonnatrice de l’Engagement des Communautés(CEC) au bureau de Louga de l’ONG PLAN International, Fatou Kiné NDIAYE, consiste à renforcer la capacité d’un échantillon 138 acteurs de l’éducation composés de Principaux de collèges, de Directeurs d’écoles et de référents genre sur la gouvernance scolaire et les stratégies de lutte contre les violences à l’école. Cette activité n’est qu’un test et nous allons enrôler d’autres écoles. Plan va apporter son appui financier pour l’amélioration de la qualité des enseignements-apprentissages. Nous comptons sur vous pour qu’une fois de retour de démultiplier ».


L’amélioration de la qualité des enseignements/apprentissages reste, depuis quelques années, une préoccupation majeure de la politique éducative mise en œuvre au Sénégal. Cette forte ambition est davantage précisée dans la cinquième priorité du Ministère de l’Education nationale (MEN) déclinée lors du séminaire sur la rentrée relativement à la « systématisation de l’éducation aux valeurs ».
En effet, on assiste de plus en plus à une recrudescence des violences en milieu scolaire entre les différents acteurs : élèves, enseignants, personnel administratif, parents d’élèves. Cette situation impacte négativement sur l’environnement scolaire et la qualité des apprentissages.


« Cette session de formation s’inscrit dans une série d’activités que nous allons dérouler avec l’ONG Plan. Elle s’inscrit dans la mise en œuvre de la politique éducative de l’Etat du Sénégal en termes de gouvernance et d’éducation aux valeurs ». Plan International qui intervient depuis plusieurs années dans l’académie a aussi initié des activités qui valorisent les jeunes filles et beaucoup contribué dans la lutte contre les violences basées sur le genre. Cette ONG est d’appui extrêmement important au niveau de l’académie.
C’est dans cette perspective que l’Organisation Non gouvernementale (ONG) Plan International, dans le cadre d’un partenariat avec l’académie et l’IEF de Louga a bien voulu financer cette activité », a notamment déclaré le SG de l’Inspection d’académie, Monsieur Lamine FALL au cours de la cérémonie d’ouverture de l’atelier.


Le gouvernement scolaire
Afin d’impliquer davantage d’élèves et permettre à l’apprenant d’exercer ses responsabilités de citoyen, qu’il sera appelé a assumer plus tard, le MEN a par lettre circulaire N°004545 /MEN/SG/DEMSG du 16 octobre 2012, instruit les IA et les CE à la mise en place des Gouvernements Scolaires(GS).
L’objectif d’un gouvernement scolaire est de contribuer efficacement au développement de la culture générale et des aptitudes pratiques particulières aux apprenants, un lieu ou chaque élève sera en mesure de faire l’apprentissage de la démocratie et de la tolérance, mais aussi une école de la rigueur et de la transparence dans la gestion.
Le gouvernement scolaire, ou gouvernement des enfants, est avant tout un outil de participation des enfants. C’est une structure dans laquelle les élèves apprennent concrètement le «vivre‐ensemble» : le défi de la démocratie, de la pluralité, de l’ouverture sur le monde. C’est un cadre de réflexion et d’action permettant aux élèves de découvrir, de manière expérimentale, la société au sens large et de vivre leur citoyenneté.
Eduquer à la citoyenneté est un des plus sûrs moyens de donner qualité et pérennité à la démocratie dans un pays. L’école est un espace éducatif fondamental pour préparer les enfants et les jeunes à comprendre les enjeux d’une citoyenneté active, s’ils veulent s’assurer une bonne qualité de vie, un environnement sain et vivre dans une société conviviale. Le gouvernement scolaire peut contribuer largement à faire comprendre en profondeur que tous les membres de la communauté éducative en particulier et ceux de la société en général sont liés en tant que citoyens, et que les défis auxquels ils sont confrontés sont interconnectés.

La violence basée sur le genre(VBG)
La violence est l’utilisation physique du pouvoir par la force dans le but d’infliger une souffrance, des blessures, la mort, la destruction ou la privation. C’est aussi une action brutale physique ou morale envers quelqu’un ou une communauté.
Tout acte qui débouche ou est susceptible de déboucher sur la violence physique, sexuelle et psychologique ou la souffrance à l’encontre de quelqu’un (qu’il s’agisse d’un garçon ou d’une fille) basé sur son sexe ou des considérations ou stéréotypes liés au genre.
Le genre est sociologique, il décrit les différences dans les types de comportements et les rôles attendus chez l’homme et la femme en termes de travail, de manière de s’exprimer, de statut etc. C’est ce qui le différencie du sexe qui est biologique (on nait avec).


Le genre désigne les rapports entre les femmes et les hommes au sein de leur société et la façon dont ces rapports sont socialement et culturellement construits. Il relève de conventions sociales qui attribuent des rôles différents aux femmes et aux hommes. Les activités d’un homme ou d’une femme, ses comportements, son habillement, sa place et son statut dans le groupe sont codifiées dans chaque société. Le Genre est donc une construction sociale.


Le chargé de communication
Ousmane KANE

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.