KEDOUGOU: DAMCAM ET SES PARTENAIRES ONT CÉLÉBRÉ LA JOURNÉE INTERNATIONALE DE L’ENFANT AFRICAIN.

Les enfants de la région de Kédougou sont à l’honneur en cette journée internationale de l’enfant. La cérémonie s’est tenue ce jeudi 16 juin 2022 suivie d’une marche.

Pour rappel, c’est suite au massacre de centaines d’enfants à soweto en 1976, qu’il a été décidé de célébrer cette journée dédiée aux enfants africain en 1993.

Le projet DAMCAM et ses partenaires comme KEHO, CONAF et ACTIONAID ont accompagné les enfants dans la  célébration de  cette journée qui s’est tenue en deux étapes avec  notamment une marche, où les enfants ont déposé un mémorandum entre les mains du préfet du département et une cérémonie protocolaire.

Mohamadou Aliou Diallo, vice-président du conseil consultatif des enfants et jeunes a fait un plaidoyer à l’attention des autorités pour une meilleure protection de l’enfant. Il a ensuite dénoncé les mariages précoces, l’excision, les mutilations génitales, la violence physique, les travaux des enfants et tant d’autres phénomènes auxquelles les enfants sont confrontés dans la région. Ces pratiques doivent cesser immédiatement dans la région et dans le monde, car cela va à l’encontre des droits des  enfants. Dans son plaidoyer, en rappelant le protocole de la charte des droits de l’homme, le protocole de Maputo, il a indiqué que les pratiques néfastes sont les  attitudes ou pratiques qui affectent négativement les droits fondamentaux des femmes et des jeunes filles, comme le droit à la vie, à la santé, à l’éducation, à la dignité et à l’intégralité physique ou morale. Ces pratiques néfastes privent les enfants, en particulier les filles,  de leur enfance, la possibilité de déterminer leur avenir, une menace sur le bien-être des individus, des familles et des sociétés. Il a, pour finir, formulé des recommandations. En effet, selon lui, il faut  affecter des ressources suffisantes pour la mise en œuvre de la stratégie nationale de la protection de l’enfance, renforcer la législation nationale, assurer l’accès et le maintien des enfants à l’école, mettre fin au travail des enfants dans les sites d’orpaillage, veiller à assurer les services minimum des enfants, impliquer les communautés dans le système de protection des enfants, gérer l’enregistrement de tous les enfants à l’état civil, neutraliser les phénomènes de banditisme chez les enfants dans certains quartiers de Kédougou a-t-il soutenu.

Selon le Dr Abdoulaye Fall, du projet DAMCAM, « on peut espérer que les intérêts de l’enfant seront mis en avant pour éviter toutes formes de violences faites aux enfants de façon générale, mais particulièrement aux enfants africains. À partir de ce moment, les femmes et les hommes seront conscients du phénomène et combattront toutes les formes de violences et éviteront le travail forcé  des enfants au niveau des mines, les mariages  précoces et les mutilations génitales.» Au nom de carrefour et de DAMCAM il a remercié tous les partenaires comme  keho, le CDPE, actionaid Sénégal et la Conaf  pour avoir participé à la réussite de cette grande journée.

Le préfet du  département de Kédougou Thierno Souleymane Sow, a assuré qu’il transmettra le mémorandum des enfants à qui de droit. Il a à cette occasion exprimé toute sa satisfaction. Selon lui, c’est une journée qui traduit la volonté des autorités Africaines. Depuis 2013 l’Afrique s’est engagée à l’élimination des pratiques néfastes envers les enfants. Et, selon lui,  beaucoup actes ont été posés, tels que la pénalisation de l’excision, la stratégie nationale de lutte contre les violences faites aux enfants …. Le CDPE va au niveau des sites d’orpaillage, les frontières pour sensibiliser les populations. Le président du CDPE a chaleureusement félicité le projet DAMCAM et ses partenaires pour la réussite de cette journée et pour toutes les actions posées en faveur de la protection des enfants. 

Ces derniers sont  massivement sortis pour célébrer leur journée avec DAMCAM. 

Pape Dayo/Sunugox

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.