Slide background

Journée Internationale de l’Alphabétisation : Les efforts du Gouvernement pour éradiquer le phénomène.

Ce 8 septembre, la communauté mondiale célèbre la journée internationale de l’Alphabétisation. Au Sénégal, l’analphabétisme fait rage. En atteste ce chiffre de 54% de la population qui seraient analphabètes. Une situation qui pousse les autorités sénégalaises à travers le ministère de l’Education nationale et sa direction chargée de l’alphabétisation à s’investir davantage dans le but d’éradiquer ce phénomène. En rapport avec cette journée internationale, le Sénégal célèbre en parallèle la semaine nationale de l’Alphabétisation (SNA).


Considéré comme l’un des éléments fondamentaux du développement, l’alphabétisation est un véritable enjeu pour tous les États du monde. Et le gouvernement du Sénégal l’a bien compris et se fixe comme objectif d’ici 2035 « d’éradiquer l’analphabétisme et de promouvoir les langues nationales, avec la diversification de l’offre d’Education Non formelle (ENF) » dans l’axe 2 du Plan Sénégal Emergent relatif au capital humain et à la protection sociale pour une société? apprenante.
Malgré cette volonté forte de l’État et des efforts consentis, les chiffres restent alarmants. En effet, selon l’Agence Nationale de la Statistique et de la Démographie publié en 2013, 54% des Sénégalais sont des analphabètes. Dans l’optique d’apporter une riposte adaptée à cette problématique, une édition de la Semaine Nationale de l’Alphabétisation est organisée chaque année depuis 46 ans déjà. Cette semaine a pour but de sensibiliser et de mobiliser toutes les énergies pour l’atteinte des objectifs ciblés au plan national et pour le respect des recommandations internationales. Un moment qui permet aussi de mettre en valeur l’éducation de base des jeunes et des adultes analphabètes, en particulier l’alphabétisation et les langues nationales.
Pour cette 46e édition, l’accent a été mis sur le digital avec comme thème : « L’apport du numérique dans l’alphabétisation face aux défis liés à la crise sanitaire ». L’occasion de réfléchir sur l’intégration du numérique dans les activités pédagogiques d’alphabétisation au Sénégal.
L’analphabétisme des femmes
Au Sénégal comme dans bon nombre de pays africains, les femmes sont très peu scolarisées, ce qui accentue leur taux d’analphabétisme. Sur les 54% d’analphabètes recensés au Sénégal, près de 60% sont des femmes.
« La prédominance des femmes dans les effectifs des classes d’alphabétisation fonctionnelle (CAF) peut expliquer le fait que le taux d’analphabétisme soit plus élevé chez elles » comme l’explique Ndeye Nam Diouf, Directrice de l’Alphabétisation et des Langues Nationales. Pour tenter de pallier cette situation qui est un frein à l’alphabétisation de la population et en l’occurrence des femmes, des mécanismes ont été mis en place à l’exemple du Programme national d’Education de Base des Jeunes et des Adultes analphabètes qui est opérationnel sur toute l’étendue du territoire : « ce programme a permis l’amélioration sensible des conditions de vie des apprenants en autonomisant les femmes, à la maitrise des mesures d’hygiène et de santé, à l’accès aux financements, par la gestion d’activités génératrices de revenus, soutien scolaire, suivi de l’éducation des enfants… », confie à Seneweb la Directrice de l’Alphabétisation.
Dans l’espoir de toucher une large cible, dans cette lutte contre l’analphabétisme, le gouvernement sénégalais compte étendre sa politique de scolarisation en mettant l’accent sur couches vulnérables. « Mais nous allons élargir l’accès dans le cadre de la politique d’équité ? territoriale. La priorité sera accordée aux zones où le taux d’analphabétisme, de pauvreté , de maladies, de violences basées sur le genre,… sera le plus élevé », assure Ndeye Nam Diouf.

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *