PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

ROLE DES CHERCHEURS AFRICAINS DANS LA LUTTE CONTRE LE COVID-19: Les fortes idées de Dr Cheikh Oumar Anne

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation , qui était l’invité du Débat BBC Afrique (Radio) , a magnifié le rôle que les chercheurs africains sont en train de jouer dans la riposte contre le coronavirus avant de faire un vibrant plaidoyer en leur faveur.     
A la question de savoir si le Covid-19 n’est pas en train de faire du bien aux chercheurs africains en réveillant leur passion, Dr Cheikh Oumar Anne a d’emblée indiqué : « Nous avons constaté que les chercheurs ont, cette-fois-ci, eu droit à la parole. Ils ont été écoutés et consultés par les pouvoirs publics. Ils ont été écoutés par les populations. Ils ont réglé des problèmes en mettant à la disposition des populations du gel hydro alcoolique. Il faudra analyser fondamentalement cette question. Non seulement, ils ont fabriqué, mais ils ont aussi fait du transfert de technologies ».  
Il a ensuite souligné qu' »il y a eu une dynamique internationale pour faire confiance aux scientifiques ». « Partout, des chefs d’État se sont donnés les moyens d’avoir des conseillers scientifiques, qui ont été au-devant de la scène. C’est peut-être aussi parce qu’ils ont eu à proposer des choses pertinentes par rapport à la situation et ils ont convaincu. En tout cas, ils ont pris la parole. Les chercheurs ont réussi partout. On a vu, en France ou ailleurs, des chefs d’État se déplacer pour aller à la rencontre de chercheurs qui avaient souvent des difficultés pour être entendus ».
« Les chercheurs ont eu droit à la parole, ils ont été au-devant de la scène »
Selon lui, « en Afrique, cela a permis aux chercheurs, à l’Université, de montrer leurs compétences ». « Ils ont beaucoup innové. L’innovation, c’est prendre le savoir, le transformer en savoir-faire, le faire accepter par les populations et en produire suffisamment », a indiqué celui qui préside également aux destinées de la mairie de Ndioum.
Et d’après toujours le Dr ingénieur en Sciences physiques, « il y aura nécessairement des retours bénéfiques ». « J’en suis sûr », a-t-il déclaré. Avant d’affirmer : « Le pouvoir, on l’obtient aussi par la communication en nous appuyant sur nos recherches. Les gens, quand ils chercheront des solutions, ils retourneront vers les laboratoires de recherche. Et à partir de ce moment, comme on a les capacités de proposer de bonnes solutions, ça va s’inverser ». Mais, pour que « ça soit davantage bénéfique », Dr Anne estime qu' »il faudra une modification structurelle ».   Les fonds alloués à la recherche sont-ils à la hauteur des besoins, notamment au Sénégal ? A cette question, le ministre a soutenu qu' »il y a des secteurs de la recherche qui ont bénéficié de moyens suffisants et qui ont eu à faire de bons résultats ». Et de renchérir : « Nous nous appuyons sur les moyens nationaux et ceux de la coopération internationale. On a eu quelques initiatives africaines. Des études ont été produites dont les résultats ont servi à former beaucoup d’enseignants. Le transfert vers la production a posé problème. Nous avons un savoir-faire qui fait que, si on a davantage de moyens, on peut aller de l’avant ».
« L’autorité politique écoutera davantage les universitaires après le Covid-19 »
A l’en croire, « au niveau du Sénégal, l’essentiel de la recherche est portée par des professeurs d’université. Les autonomies des universités font que le gouvernement donne une subvention. Il y a une partie qui devrait servir à la recherche ». Mais il relève que « les problèmes de budget qui se posent souvent dans les universités, font que ce qui devait être alloué à la recherche, est surtout utilisé dans la gestion du social des étudiants ».Sur sa lancée, Dr Cheikh Oumar Anne de prédire que « l’autorité politique écoutera davantage les universitaires après le Covid-19 ». « Les chercheurs ont répondu présent et donné de bonnes propositions, quand on les a consultés. On ne change pas un cheval qui gagne. Il appartiendra à l’autorité politique de mettre des moyens. Il appartiendra aussi à la communauté des chercheurs de faire de grandes propositions. Je proposerai de créer des projets de recherche qui ont la masse critique de faire bouger les choses », a également déclaré le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’innovation.
Concernant le robot créé par des étudiants de l’École supérieure polytechnique (ESP), l’ancien Directeur du Centre des œuvres universitaires de Dakar (COUD) a tenu à apporter certaines clarifications. « Ce projet existait déjà. Au niveau de l’Ecole polytechnique, il y avait une unité de travail qui était axée dans la production d’outils à mettre à la disposition de l’entreprise pour améliorer les conditions. Le Covid-19 a permis d’identifier parmi les projets qu’il y avait, un qui pouvait être utilisé de façon efficace et pertinent qu’ils ont surnommé Dr CAR. Cette équipe avait bénéficié, dans le cadre d’un projet de l’Etat, la DER, d’un financement qui lui permettait de s’approvisionner suffisamment en pièces. Il y a des opportunités qui ont été exploitées ».  
« Au Sénégal, nous sommes en train de travailler sur un projet de modernisation et de renouvellement de l’équipement scientifique et pédagogique de nos universités. Dans les trois ans, nous allons rééquiper toutes les universités dans les filières techniques et scientifiques. Nous allons doter les enseignants d’outils pour accéder au numérique et faire partager leurs connaissances en permanence avec leurs étudiants. Voilà un peu les transformations que nous apporterons. Ça nous permettra d’avancer réellement ».
Interpellé sur les mesures d’assouplissement prises par le chef de l’Eat dans le cadre de la lutte contre le Covid-19, le ministre les a motivées. « Le Président a dit avoir consulté plusieurs scientifiques. Au ministère, nous avons un groupe de travail qui regroupe beaucoup de chercheurs dans beaucoup de domaines. Dans un pays où on a 90% de la population qui sont dans l’informel, on ne peut pas leur demander de rester chez eux et de ne pas aller travailler. Nous avons pris des mesures d’assouplissement afin de ne pas déstabiliser notre économie. On n’a, depuis plusieurs années, une croissance assez forte qui a stabilisé notre pays et l’UMEOA. Cette décision a été prise après une analyse concrète de la situation ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *