Slide background

MAGAL 2021 : «Nous reconduirons les mêmes dispositions et aurons la même foi » (CHEKH BASS)

Venu prendre part au comité régional de développement préparatoire au Grand magal de Touba, Serigne Bassirou Mbacké Abdou Khadre aura choisi de clairement signaler, à l’intention de ceux qui viendront le célébrer à Touba, de se préparer à prendre les mêmes dispositions que celles recommandées l’année dernière. Pour lui, s’il est vrai que le magal est un événement dont les Mourides ne peuvent pas se passer au vu de son importance, il demeure fondamental aussi de savoir que tout se fera dans un strict respect des mesures barrières.

« Seul Dieu sait pourquoi Il a amené cette pandémie dans le monde et pourquoi Il n’a pas encore décrété sa fin. C’est pourquoi le Khalife recommande à tout le monde, le respect des gestes barrières. Mieux vaut prévenir que guérir. L’année dernière, la maladie était quasiment inconnue du monde. Nous essayerons de vivre l’événement avec les mêmes précautions. L’année dernière, les dispositions et la foi en Dieu avaient permis, au sortir de la célébration du magal, de n’enregistrer aucune conséquence négative. Nous devons avoir la même conviction que le magal ne générera aucun mal. Nous avons la ferme conviction que le 18 Safar sera célébré et que rien de malveillant n’adviendra puisque le magal est un Ndigël de Serigne Touba. Chez nous, c’est venir au magal même si on peut y laisser la vie. Je rappelle que ce Dieu qui nous avait permis de vivre l’événement aussi tranquillement l’année dernière est toujours là. Nous Lui tendons nos mains et prions pour qu’Il nous protège encore cette fois… »

Serigne Bassirou Mbacké ne manquera pas aussi de rappeler le cachet spirituel exceptionnel que revêt le 18 Safar chez les mourides et son importance pour le Sénégal. « C’est le plus grand événement de la communauté Mouride. Serigne Abdou Lahad disait que le 18 Safar est notre véritable fête d’indépendance. Les colonialistes ont échoué à cause de ce jour. C’est cela qui recoupe d’avec la réalité. C’est grâce au 18 Safar que nous sommes libres et que l’Islam continue d’être pratiqué dans ce pays. Nous n’avons pas plus important. Nul ne devra lésiner avec les moyens pour la réussite de l’événement. »

Magal de Touba : 180 postes médicaux seront érigés et 5760 agents de santé déployés (Médecin-chef)

A l’occasion du Comité Régional de Développement (CRD) préparatoire du Grand Magal de Touba, le médecin-chef du district sanitaire de la région de Diourbel a rassuré que les autorités ont déjà pris d’importantes mesures pour assurer une bonne couverture médicale lors de cet événement religieux.
Selon Docteur Mamadou Dieng, 180 points de prestations seront implantés au niveau de la région de Diourbel. Il a annoncé aussi le déploiement de 5760 agents de santé qui viendront en renfort pour prendre en charge les pèlerins lors du magal.
A noter que le CRD préparatoire du Grand Magal s’est tenu ce mercredi à Diourbel sous l’égide du gouverneur Gorgui Mbaye en présence de Cheikh Bassirou Mbacké Abdou khadre, président du comité d’organisation de ce grand événement, Cheikh Abdou Lahad Mbacké Gaïndé Fatma, président de la commission culture et communication, entre autres.

« Que l’Ofor nous dise si le forage sera construit et opérationnel avant le magal ou pas ? » (SERIGNE OUSMANE MBACKÉ )

Présent au Comité régional de développement préparatoire du Grand magal de Touba, Serigne Ousmane Mbacké a clairement exprimé son souci par rapport au manque d’eau qui affecte l’organisation de l’événement depuis plusieurs années. 

Pour le coordonnateur du 18 Safar, c’est la raison qui a poussé le Khalife à mettre en place le collectif qu’il dirige en compagnie du sous préfet et qui est chargé de gérer ce problème. Seulement, sa stupéfaction a été grande lorsque le représentant de l’Ofor a signalé que le futur forage est à l’état d’appel d’offres.

« Vous avez parlé de préparation d’appel d’offres pour ce forage alors que nous sommes à moins de deux mois du magal. Nous voulons savoir si ce forage sera construit et opérationnel oui ou non. Que Ofor ne s’isole pas ! Travaillions en collaboration avec la commune et Touba Ça Kanam. Je crois que leurs procédures sont moins compliquées. »

Dans la même veine, le CRD religieux abordera la question des entreprises qui viennent et qui n’en font qu’à leur tête. « Que les entreprises qui ont des contrats  passent devant le sous-préfet et la commune pour qu’on sache ce qu’elles vont faire, car il y en a parmi elles qui sont réfractaires à ça. »

Il proposera, pour terminer, que des activités de remblai soient menées pour boucher les trous existants à cause des travaux…

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *