Kolda/ PADAER II et Chambre de Commerce : atelier de coaching commercial entre organisations paysannes et opérateurs de marchés.

Une rencontre régionale a été organisée par l’unité de coordination du PADAER II en partenariat avec la chambre de commerce, ce dimanche pour un partenariat gagnant au profit des producteurs. A cette occasion, les organisations paysannes et les commerçants se sont concertés sur le prix à adopter sur les spéculations du maïs et de l’arachide. Et cette négociation ne concerne que les producteurs accompagnés par le PADAER II. Cet atelier de coaching commercial va permettre aux 167 OP touchés dans la région de s’imprégner des réalités du marché. Il s’agit pour les producteurs de vendre leur surproduction après avoir réservé leur quota alimentaire. Et ce mécanisme va permettre de réduire la pauvreté et de booster le développement dans le monde rural. Et cette révolution passe nécessairement par une formalisation de la chaine en passant de la production à la commercialisation. 

Les débats sur la fixation d’un prix consensuel ont été très houleux entre les organisations paysannes et les commerçants. Mais, il a fallu que l’agence de régulation des marchés intervienne pour apporter une clarification sur les lois commerciales du marché. 

Venu assister à la négociation, Mompath Fall producteur du village de Médina Silly de la commune de Mbouroucou (Médina Yoro Foula) « nous avons assez d’expérience depuis la première phase du PADAER donc nous voulons discuter sur des prix raisonnables. Même s’il faut obéir aux lois du marché dictées par l’offre et la demande. Cependant, nous saluons la démarche du PADAER II pour nous accompagner sur tout le processus à savoir de la production à la commercialisation, Nous sommes conscients que tout ceci demeure une réelle volonté du projet à développer le monde rural afin d’éradiquer la pauvreté. Nous voulons prendre au rebond est une belle initiative qui nous permet d’avoir une confrontation avec les commerçants sur le prix… » 

Dans la foulée, avance le chef d’antenne régional du PADAER II Abdoul Latif Diallo « aujourd’hui, l’objectif pour le PADAER II c’est de tirer les producteurs vers une agriculture de marché. C’est-à-dire quitter l’agriculture de subsistance vers l’agriculture de marché. Et pour cela l’accompagnement a été fait avec un montant de plus de 270 millions pour accompagner le financement de la campagne classique. Ce financement est fait à hauteur de 70% par le PADAER dont les 30 % apportés par les producteurs. On a touché 167 OP dans la région. Et à ce titre avons emblavé 1500 ha de maïs, 1000 ha de riz dont 500 en bas fond et 500 en plateaux, 200 ha de sorgho, 160 ha de niébé et 8 ha de fonio. La pluie a été au rendez-vous avec des productions records et c’est pourquoi il est important d’accompagner ces OP dans la vente des récoltes. L’objectif de notre rencontre est de mettre les producteurs en relation avec les opérateurs de marchés pour les aider à écouler le surplus de leur production. Et nous devons au sortir de l’atelier, nous devons aller des contractualisations avec les commerçants pour la commercialisation en partenariat avec la chambre de commerce. » 

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.