PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Kolda/Bassin de l’Anambé : Le MAER met à la disposition des producteurs des moissonneuses à chenille.

La mise à disposition des moissonneuses à chenille par le ministre de l’agriculture Moussa Baldé répond à une vieille doléance des producteurs. Dorénavant, avec cet équipement, les pertes de rendement vont être limitées car ce sont des machines tout-terrain qui peuvent moissonner aussi bien  dans l’eau que sur terrain plat.

Pour Oumar Baldé, président des producteurs du bassin de l’Anambé (Feproba), « c’est une satisfaction totale pour nous. Et à ce rythme, dans deux ou trois ans nous pourrons faire plus de mille hectares pour le riz de contre-saison. Aujourd’hui, nous en sommes entre 8 et 10 tonnes à l’hectare et avec la réhabilitation du secteur G nous allons booster davantage la production. Et au passage nous félicitons le ministre de l’agriculture qui ne cesse d’œuvrer pour la modernisation de l’agriculture. » 

Revenant sur la situation du bassin, le ministre Moussa Baldé (maer) avance : « ici on est à Anambé, un endroit que je connais bien, car j’étais le DG de la Sodagri. Ma première réunion ici c’était en 2013, les producteurs étaient dans le désarroi total car il n’y avait pas de tracteurs pour labourer encore moins de moissonneuse pour récolter.  C’était le désert. Aujourd’hui, grâce aux efforts du président Macky Sall, le problème de labour est définitivement réglé dans le bassin parce qu’il y a plus de cinquante tracteurs qui s’activent pendant l’hivernage et la contre-saison. C’est ce qui a boosté la production, faisant de sorte que depuis 4 ans le bassin est saturé.»

Dans la foulée, précise-t-il : « avec le contexte de la pandémie, que ce soit au niveau de la vallée du fleuve Sénégal ou de l’Anambé, le producteur avait peur pour les récoltes car il n’y a pas assez de moissonneuses. En recevant cette information, le président de la République a décidé de mettre un milliard 200 millions en   faveur de la vallée du fleuve Sénégal  et du bassin de l’Anambé.

D’ailleurs, j’étais samedi dernier à Ross Béthio pour réceptionner les 6 moissonneuses batteuses de la Saed. Aujourd’hui, nous réceptionnons les deux moissonneuses à chenille, ce qui porte à 8 les moissonneuses à chenille sur les 19 qui doivent être achetées, compte non tenu des 3 moissonneuses que nous avons reçues de la coopération coréenne.

Donc le parc de moissonneuses batteuses du pays va se bonifier de 22 moissonneuses batteuses (19 plus 3). Ainsi, le parc de moissonneuses du Sénégal vient de faire un bond de 20%… »

madou Diallo




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *