Le Groupe Sonatel Fait un chiffre d’affaires de 972,9 milliards…

Le Groupe Sonatel Fait un chiffre d’affaires de 972,9 milliards F Cfa mais doit 276 640 000 millions à la commune de Kédougou

Le groupe SONATEL a étalé ses résultats. C’est une tautologie que de dire que l’entreprise se porte à merveille. Près de 1000 milliards de bénéfice, il faut le faire.  Dans un document intitulé « Résultats consolidés au titre de l’exercice 2017 » il est mentionné : « Au titre du développement du secteur privé local, les activités du groupe ont généré au profit des entreprises locales plus de 247 milliards de FCFA de chiffres d’affaires. Au titre de la balance des paiements, le groupe y a contribué positivement dans tous ses pays de présence à travers les balances de trafic représentant des exportations nettes pour plus de 160 milliards de FCFA. Enfin, en matière d’emploi, les activités du groupe ont permis de générer plus de 3 500 emplois directs et plus de 100 000 emplois indirects grâce à une distribution commerciale étendue, à la sous-traitance et aux différents partenariats dynamiques ». ce que le document ne dit pas c’est le montant de la dette que le groupe doit à nos pauvre communes où il installent ses antennes et ses sièges qui l’on aidé à faire autant de bénéfices. A la seule commune de Kédougou (SUD-EST), le groupe doit la rondelette somme de 276 640 000 F cfa, que le groupe par décision de justice est dans l’obligation de payer. En effet, en application du décret N°2005-1182 du 06 Décembre 2005 et approuvé par le préfet le 07 Avril 2006 sous le N°22/DK,  le conseil municipal de Kédougou avait fixé la redevance annuelle de la SONATEL au titre de son occupation du domaine public à 1000 F CFA par mètre carré et par an pour l’exploitation de son antenne. Depuis cette date, le 07 Avril 2006, la SONATEL ne s’est jamais acquittée de sa redevance annuelle qui s’élève à ce jour sur 12 années au montant de 23 220 000 F cfa par année soit un total de 278 640 000 F CFA. Les multiples démarches amiables et appels entrepris pour le règlement de cette créance sont restés vains. Conséquences, par ordonnance N° 2034/2017, du 08 Décembre 2017,  le juge Elhadji Boubou NDIAYE du tribunal de grande instance hors classe de Dakar a autorisé la mairie de la commune de Kédougou de saisir à titre conservatoire les biens mobiliers de la société SONATEL. Et pourtant par lettre du 14 Mars 2016, le percepteur de Kédougou avait imparti à la SONATEL, un délai de 01 mois pour procéder au paiement de ses arriérées de redevances annuelles. A la date d’aujourd’hui, aucun règlement n’a été effectué.

La commune de Kédougou est peut-être la face visible de l’iceberg. Combien sont-elles de communes qui attendent du groupe de télécommunication le paiement de leurs redevances annuelles ? N’eût été les installations, dans nos pauvres communes le groupe n’aurait jamais  pu avoir autant de bénéfices en une année.

 

Sunugox

 

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.