Lutte contre la rage: 11 534 chiens domestiques vaccinés et 27 869 chiens errants éliminés. (Ministére)

La Journée mondiale contre la rage est une Journée d’action et de sensibilisation sur la prévention de la maladie que la Communauté internationale célèbre le 28 septembre de chaque année. Elle regroupe les collectivités territoriales, les populations, les partenaires et les départements ministériels impliqués dans la lutte contre cette redoutable zoonose pour échanger sur leurs activités.
Cette année, le thème est axé sur la vaccination et la collaboration afin de rappeler les points déterminants de l’élimination de la rage à savoir : l’objectif zéro cas en 2030, l’importance de la vaccination de masse des chiens, de la prophylaxie post-exposition et la nécessité de déployer des efforts communs pour permettre l’éradication de cette maladie transfrontalière. Compte tenu du contexte de la pandémie de la Covid-19 et de l’interdiction des rassemblements, la manifestation populaire qui était prévue ne pourra pas être organisée comme à l’accoutumée pour éviter la propagation de la maladie. Ce qui justifie ce communiqué sur la rage.
Toutefois, des instructions ont été données aux Chefs des Services déconcentrés de l’Elevage pour le renforcement du contrôle de la population canine errante en relation avec les collectivités territoriales et la vaccination des animaux de compagnie.
La rage est une maladie virale transmissible à l’homme, par la salive des animaux infectés, notamment les chiens à la suite de morsures. Malheureusement, il faut le souligner, elle conduit inéluctablement à la mort à l’apparition symptômes. C’est donc une zoonose qui pose un problème majeur de santé publique.
Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), la rage cause annuellement près de 60 000 décès, notamment chez des enfants en Afrique et en Asie. Cependant, contrairement à de nombreuses maladies, elle peut être évitée en raison de l’inexistence d’outils de prévention efficaces.
Ainsi, pour contrôler voire éradiquer la maladie, les actions majeures suivantes s’imposent:
– l’organisation soutenue de campagnes d’information, d’éducation et de sensibilisation à l’intention des propriétaires de chiens et des populations pour promouvoir un comportement responsable afin de diminuer le nombre de cas humains;- la mise en œuvre de campagnes régulières de vaccination de masse des chiens avec un vaccin de qualité ;- l’amélioration de l’accès aux soins humains à travers la disponibilité et l’accessibilité des vaccins et des sérums antirabiques;- le contrôle de la population de chiens errants.
Dans le cadre de l’Alliance tripartite OMS/OIE/FAO et de leur approche commune « une santé », la rage constitue l’un des thèmes prioritaires. Ainsi, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a intégré la rage dans la liste des maladies tropicales négligées et l’Organisation mondiale de la Santé animale (OIE) a élaboré une stratégie mondiale de son contrôle à sa source animale pour protéger l’homme. Aussi, la Communauté internationale s’est-elle engagée en 2015 à Genève à l’éradication mondiale de la rage humaine transmise par le chien d’ici à l’horizon 2030. En 2018, l’OMS, l’OIE, la FAO et l’Alliance mondiale pour la lutte contre la rage (GARC) ont élaboré un Plan stratégique mondial pour atteindre cet objectif. Au Sénégal, un plan multisectoriel de contrôle et d’élimination de la rage a été élaboré avec l’appui de la FAO et du GARC. En outre, une procédure opérationnelle normalisée pour la riposte en cas d’apparition de la rage a été validée.  En 2020, dans le cadre du Système national de Surveillance épidémiologique, 18 cas rage animale ont été confirmés au Laboratoire national de l’Elevage et de Recherches vétérinaires chez les espèces canine, caprine, asine et équine. Pour répondre au défi de contrôle de la rage, en attendant le financement du plan multisectoriel de contrôle et d’élimination de la rage, le Ministère de l’Elevage et des Productions animales entreprend depuis 2012 dans le cadre du Programme de Renforcement de la Protection zoosanitaire, financé par le Budget Consolidé d’Investissement, la vaccination et le contrôle de la population canine errante qui constitue une menace permanente pour les populations. A ce jour, au total, 11 534 chiens domestiques ont été vaccinés et 27 869 chiens errants ont été éliminés.
En perspective, il est envisagé l’intégration de la lutte contre les dépôts sauvages d’ordures, la vaccination orale, la stérilisation des femelles, la castration des mâles et la sensibilisation entre autres dans la stratégie de contrôle de la maladie. 

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.