PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

LES DEFIS SECURITAIRES ET QUALITATIFS DEL’ECOLE SENEGALAISE DANS UN CONTEXTE DE CRISE. (Serigne F. Seck)

Dans une contribution récente sur les défis sécuritaires et
les exigences de performance de notre école dans un contexte de
crise, j’avais fait état de propositions qui ont eu un écho favorable
dans le milieu. Je me réjouis donc de l’accueil réservé à ma réflexion, tout comme des suggestions enregistrées, mais que les limites étroites de cette
contribution ne me permettront pas de les prendre toutes en
charge.
Aujourd’hui, mon ambition est de m’inscrire donc dans le prolongement de mon premier papier. Cela dit, on ne peut ne pas assurément, dans des conditions de restriction, imposées par les mesures sanitaires, s’intéresser au programme.
En effet, compte tenu du rétrécissement du volume horaire, dans
l’optique des propositions faites, il s’avère nécessaire de se
pencher sur l’allégement du programme afin d’en assurer une
meilleure absorption par les apprenants. Mais, tout cela requiert le respect d’un certain nombre de règles et de principes qui demeurent l’apanage de l’institutionnel.
En termes clairs, les autorités étatiques au niveau du secteur,
doivent engager des réflexions, très rapidement, dans le but de proportionner les contenus programmatiques au quantum
possible. Dans le même ordre d’idées, les disciplines dites fondamentales
méritent une attention toute particulière du législateur.
Au demeurant, les enseignants qui officient dans ces conditions
exceptionnelles, doivent aussi bénéficier de motivation à la
hauteur du surcroît de travail que ne manque pas de générer cette
formule d’adaptation (fonctionnement en cohorte entre autres).
Mais, tout cela doit se faire dans un élan patriotique en s’abstenant
d’inscrire la question sous l’angle pécuniaire.
Dans cet esprit, le terme forfait semble tout à fait plus approprié.
En choisissant d’aller dans cette direction, on trouvera sûrement
le moyen de rendre justice aux efforts et aux sacrifices que cette
catégorie de travailleurs ne cesse de consentir pour le bien de la
communauté. Les enseignants sénégalais, reconnus pour leur abnégation et leur sens élevé du sacrifice, auront, à coup sûr, comme distinction cette
marque de considération. Le travail s’orientera vers des thématiques existentielles et procédurales comme celles-là qui conditionnent le devenir de notre institution. Toutes choses qui nécessitent une mobilisation, une réflexion et un engagement à la hauteur de ces défis nouveaux qui ne
manqueront pas de jalonner le parcours de notre système.
Puisse l’année 2021 apporter à notre système éducatif, durement
secoué par les effets inhibiteurs de la Covid, le supplément d’âmes
et de conditions nécessaires à sa relance.
Que l’année 2021 mette définitivement le sort de ce système à
l’abri des turpitudes et des assauts de tous ordres.
A mes chers collègues, bâtisseurs de la nation, je vous souhaite
une santé de fer capable d’assurer, sans coup férir, votre rôle
d’éducateur au sens noble du terme dans l’intérêt de toute la
communauté.

Serigne Falilou Seck
Chargé de la communication du CRFPE de Louga




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *