PUBLICITE

DU NOUVEAU

usaidong3dsunubudget

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

cosy2
31822932-29872181

Éthique et intégrité dans les collectivités territoriales : 7 communes visées par le projet OFFLOC

Sous l’égide de l’Union Européenne, s’est ouvert ce matin à l’initiative de  l’ONG Enda ECOPOP, l’atelier de cadrage méthodologique et de lancement   du Projet Offensive Locale Citoyenne pour la résilience communautaire, l’amélioration des conditions de vie des populations, la bonne gouvernance, la prévention et lutte contre la Corruption et l’évasion fiscale (Projet OFFLOCC). Un projet étalé sur deux (02) ans, et qui cible les communes de Diourbel et Ndangalma (Région de Diourbel), Diaobé Kabendou (région de Kolda), Kédougou, Sédhiou, Dalifort (région de Dakar) et Cayar (région de Thiès).

Cette rencontre sur trois jours sera donc l’occasion, de partager le concept, les objectifs et résultats attendus du projet en présence des partenaires, des autorités étatiques et autres acteurs institutionnels. Mais aussi d’échanger sur la stratégie de mise en œuvre, de préciser les rôles et responsabilités des différents intervenants, et d’établir des synergies avec d’autres partenaires institutionnels, techniques et financiers intervenant dans la bonne gouvernance et le développement territorial.

Le Projet OFFLOCC, selon une note remis à la presse intervient dans un contexte où   les améliorations tant attendues, du cadre et des conditions de vie des populations dans les collectivités territoriales, tardent à se matérialiser.
« Depuis plusieurs décennies, des compétences jusqu’alors assumées par l’État sont transférées aux collectivités locales. Cependant, force est de noter que ces responsabilités et compétences transférées ne sont pas totalement assumées par les collectivités territoriales qui n’arrivent pas encore à jouer leur rôle de promoteur et catalyseur du développement territorial. Entre autres raisons, on peut citer le manque de ressources financières. En effet, les transferts financiers de l’État vers les échelons locaux restent faibles (environs 5,5% du budget public), les ressources propres restent très faiblement mobilisées du fait d’une évasion fiscale importante. Les récentes recherches montrent, pourtant que les territoires ne sont pas pauvres » lit-on sur la note.
« Ces études mettent également en exergue l’existence de mécanismes de divers ordres, empêchant les territoires de mobiliser leur potentiel économique et fiscal pour répondre aux droits socioéconomiques et culturels des populations » conclut-elle.




Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *