PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

COVID/Mort de 20 enseignants: le MEN dément et précise

Partager

Le porte-parole du ministère de l’Education nationale est très remonté contre le secrétaire général du Cusems qui a déclaré hier que 20 enseignants sont décédés de Covid-19, si l’on fait le total du primaire à l’enseignement supérieur. Mouhamed Moustapha Diagne dément formellement Abdoulaye Ndoye. « Il n’y a pas 20 morts chez les enseignants. Ça n’engage que le secrétaire général du Cusems », réplique Mouhamed Diagne, joint par Seneweb.

Selon lui, le seul décès lié au Covid-19 dans l’espace scolaire est un directeur d’école à Touba Toul. Et le ministère n’a jamais caché cette information. Pour lui, le patron du Cusems fait des allégations sans fondement. « Ndoye n’a fait aucune étude qui lui permet de faire ces affirmations. Et même s’il y avait ces décès, quelle est l’étude qui lui permet de dire que ces enseignants sont morts de covid », s’interroge le directeur de la formation et de la communication du ministère de l’Education.

Mouhamed Diagne pense que Ndoye veut jeter la panique chez les enseignants afin qu’ils se mobilisent pour demander la fermeture des classes. Cependant, prévient-il, c’est peine perdue, car dit-il, les enseignants ont compris qu’ils ne sont pas les seuls agents de l’Etat sur le terrain.

Par ailleurs, Mouhamed Moustapha Diagne se veut clair : les classes resteront ouvertes. « Ceux qui pensent pouvoir faire fermer l’école à partir de déclarations infondées se fatiguent », renchérit-il. D’après lui, les chiffres indiquent que la fermeture des écoles n’empêche pas la montée en puissance du virus.

Abdoulaye Ndoye a également dénoncé le non-respect des mesures barrières à l’école. Sur ce point, Diagne soutient que le ministre est conscient du problème. Il a donné instruction aux inspections d’académie qui sont maintenant chargées d’assurer l’application sur le terrain. Il rappelle que le ministère avait donné 1,5 milliard pour l’achat de matériel de protection (lave-main, gel, savon…) en plus d’une distribution de 5 millions de masques.

D’après lui, l’école a besoin aujourd’hui de calme et de sérénité dans ce contexte assez particulier.  




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *