Slide background

Communiqué de presse : Journée africaine..

Communiqué de presse : Journée africaine de la décentralisation 2017 

Le Sénégal, toujours entre balbutiement et pilotage à vue :

2CD appelle le gouvernement à évaluer la première phase de la réforme et prendre de nouveaux engagements pour la décentralisation

 

Le Sénégal fait partie des premiers pays où la décentralisation a été expérimentée en Afrique. Ainsi comme bon nombre de pays africains, le Sénégal a connu une évolution de la décentralisation en dents de scie. Le schéma actuel constitue ainsi le fruit d’un processus entamé  avant l’indépendance. Le Sénégal fut le premier pays d’Afrique francophone à connaître la création de communes avec Saint-Louis et Gorée en 1872, Rufisque en 1880 et Dakar en 1886. A l’indépendance, le pays comptait ainsi 34 communes de plein  exercice. En 1972, le Sénégal entame sa première réforme territoriale avec la création des communautés rurales. Malgré ses ambitions des tares sont notées dans la mise en œuvre de la politique de décentralisation.

C’est pourquoi, 1996 constituait une période charnière, porteuse d’espoirs en terme de relance de la décentralisation. Force est de constater que l’acte 2 de la décentralisation plaça aussi le Gouvernement face à de multiples enjeux politiques, économiques et financiers. En effet, la décentralisation, exigence démocratique, doit engendrer dans un délai raisonnable un développement plus conforme aux attentes en services des populations, sous peine de graves désillusions susceptibles de mettre à mal la cohésion et le développement national. Malheureusement les régions n’ont pas pu assurer leur propre développement.

Beaucoup d’espoirs ont également été fondés sur l’Acte 3 de la décentralisation. Une réforme qui finalement a créé beaucoup plus de problème que de solution. Les nouvelles collectivités locales, notamment, les nouvelles communes sont pratiquement laissées à elles-mêmes. A part les fonds de transfert, il existe aucun appui de la part de l’Etat vers les collectivités locales.

 

Ce qui ne facilite pas la promotion du développement territorial avec ses nombreuses faiblesses dont :

  • L’absence de ressources
  • l’insuffisance de coproduction des acteurs et à leur faible capacité de communication
  • l’absence d’une stratégie nationale de développement économique local ;

 

  • l’absence d’une politique cohérente de renforcement des capacités des acteurs du

développement territorial

  • etc

Réussir la décentralisation suppose une volonté politique et un engagement de tous les acteurs. Malheureusement au Sénégal, la Politique de décentralisation reste toujours à l’état de théorie. Trop de discours. La décentralisation ne semble pas faire partie des priorités de nos autorités. Le débat reste politique et politicien. En 2016 la journée africaine de la décentralisation a été engloutie par le débat sur le Haut Conseil, aujourd’hui encore, cette journée est noyée par la prolongation des législatives. La seule institution publique qui la célèbre est le conseil départemental de Tamba à travers un panel. Les acteurs de cette partie du pays, au moins, posent le débat sur le processus de mise en place du pôle territoire du Sénégal oriental contrairement aux acteurs territoriaux du Sine Saloum qui semblent incapables de poursuivre la réflexion sur la mise en place du pôle Sine Saloum.

Face à cette regrettable situation, le Cercle des Communicants en décentralisation profite de cette journée pour appeler le Gouvernement à faire l’évaluation de la première phase de la réforme de l’acte 3 et prendre des engagements concrets pour soutenir davantage les collectivités locales.

Pour rappel, la journée africaine de la décentralisation et du Développement local tire son origine des dispositions de l’article 20 de la charte africaine des valeurs et principes de la décentralisation adoptée le 27 juin 2014 demandant aux Etats parties de commémorer la journée Africaine de la décentralisation et du développement local le 10 août de chaque année pour promouvoir les valeurs et les principes de la charte sur la base du thème général et des sous thème de l’année de l’Union Africaine.

Pour cette année le thème choisi est : «  Egalité des chances, autonomisation socio-économique et participation des jeunes à la gouvernance locale et au développement local en l’Afrique ».

 

 Fait à Dakar, le 09 août 2017

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *