PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Qui est MAISSA WALY DIONE?

Le premier roi de la dynastie Guelwar du Sine s’appelait de son vrai nom Maissa Waly Mané. Il était le fils de Sira Badiane Mané, la première reine de Djilor, et le frère de la princesse Gnilane Mané. Il reçut son surnom Dione du fait qu’à la fin de son long règne, ses successeurs, impatients de lui succéder, disaient de lui Dione, c’est-à-dire « il est encore là », « il vit toujours ». Ce surnom resta attaché à son nom par la suite.

Maissa Waly Dione était un prince Guelwar originaire du pays de Ngâbou. Il fut mystérieusement guidé par une ombre qui le conduisit successivement à Koular, à Pethia Mak (dans le Djonik-Saloum) où il demeura sept ans et laissa sa sœur Siga Badial et Wa Kumbof, à Keur Dâbo où il fut retenu pendant deux ans par les habitants du Djonik. À Keur Dâbo, les “fétiches” lui conseillèrent de poursuivre son chemin. Il construisit donc des pirogues pour se rendre jusqu’à Sangomâr, puis à Fadiouth où Mara Diom, le neveu de Maissa Waly, se noya : c’est pour s’occuper de la sépulture de Mara Diom que Maissa Waly installa ses esclaves à cet endroit. Deux suivantes de Maissa Waly restées à Fadhiouth y ont donné naissance aux matrilignages Sos et Tiakhanor.

Après cet épisode, Maissa Waly revint à Keur Dâbo, puis se rendit à Mar Soulo où il résida deux années. Les “fétiches” l’encouragèrent à offrir de nombreux sacrifices et lui révélèrent qu’un très bel oiseau, appelé Lam Diatta, lui montrerait le chemin. En le suivant, Maissa Waly allait pouvoir traverser le marigot de N’Dangâne à pied sec, lui et sa suite. Néanmoins les “fétiches” exigèrent le sacrifice d’une fraction de la troupe de Maissa Waly : celui-ci fit passer les nobles en tête, alors les préposés aux sacrifices, fermant la marche, furent tous engloutis à l’exception de quelques rescapés qui parvinrent miraculeusement jusqu’à Diouroup Mbârdiam.

Maissa Waly s’arrêta brièvement à N’Dangâne avant de continuer jusqu’à Diakhanor-Palmarin où il séjourna pendant six mois. Son serpent Ginâru lui conseilla ensuite d’aller à Mbissel. Il resta six mois à cet endroit sans parvenir à ses fins : devenir roi comme il l’escomptait.

Voici l’événement qui lui permit de prendre le pouvoir : un litige à propos d’un troupeau de boeufs restait en suspens depuis cinq ans. En effet, un Serer de Lambaye (Baol) était venu à Fadial pour y résider et y avait confié ses troupeaux avant de rentrer dans son pays où il mourut. À sa mort, son neveu, nommé Wa Ngom Sose, vint réclamer les boeufs, mais le gardien refusa de restituer les bêtes. Le litige durait depuis cinq ans à l’arrivée de Maissa Waly à Mbissel ; celui-ci fut mis au courant de l’affaire et sollicité de départager les rivaux. Il usa d’un stratagème qui lui permit de rendre son jugement. Il fit construire une malle dans laquelle il introduisit un enfant de sept ans environ qui voyagea incognito avec Wa Ngom, lors de son retour au Baol. À la frontière des deux pays, des cavaliers de Maissa Waly font rebrousser chemin à Wa Ngom. Revenu à Mbissel, l’enfant fit le compte rendu exact de tout ce qu’il avait entendu et confirma la véracité des dires de Wa Ngom : les boeufs appartenaient bien à l’oncle de ce dernier. L’intelligence dont Maissa Waly avait fait preuve à cette occasion lui permit d’être reconnu digne de la royauté. Les gens de Mbissel plébiscitèrent Maissa Waly qui accepta d’être roi à condition d’avoir à ses côtés le riche Wa Ngom qui devint ainsi le premier Diaraf du Sine.

Avant l’arrivée de Maissa Waly et son accession à la royauté, le pays du Sine était divisé entre trois chefs de la terre appelés lamane :
 le Lam Sango, parfois nommé Diarno Diouala, résidant à Palmarin ;
 le Diémé Fadial, à Fadial ;
 le Wal Satim Ndok, à Ndok (à l’est du Sine actuel).
Ces chefs ont eu des successeurs après la prise du pouvoir par Maissa Waly, mais ont vu leur influence diminuer assez rapidement.

Les Serer peuplant le Sine à l’arrivée de Maissa Waly faisaient partie de la grande migration serer qui, partie de Sero, transita par le Tekrour, par Saldé, par le Dyolof, et vint s’installer dans la région de Lambaye, dans le Sine et le Saloum. Cette vague de peuplement donna également naissance aux Lebu du Cap Vert et aux Serer None.

La seconde partie des peuplements serer est constituée par les compagnons des conquérants guelwar et de Maissa Waly en particulier. Ces Serer sont venus du Sud (Casamance) et sont apparentés aux Diola avec lesquels ils se reconnaissent des liens de parenté jusqu’à présent.
Parmi les compagnons et la famille de Maissa Waly on note : Siga Badial, Wa Kumbof, Gnilane Mané, Koular o Méo, Kin o Méo et Sin o Méo.

À ses débuts, le royaume des Guelwar du Sine ne groupait guère que les pays environnants de Mbissel. Il n’a connu, ni à cette époque, ni par la suite, aucune sujétion à l’empire du Dyolof et n’a jamais payé de tribut au Buur-Dyolof. Ndyâdyân Ndiâye, le fondateur légendaire de l’empire du Dyolof, a reçu son nom Ndyâdyân de la bouche de Maissa Waly qui, consulté à son sujet, lui prédit un grand avenir.

À la mort de Maissa Waly, Tassé Faye, le fils de Boukar Djillakh Faye, un simple paysan de Djillakh, et de Tening Diom, la nièce de Maissa Waly, prit le pouvoir pour une brève période. Il établit sa capitale près du village actuel de Ndiol Mangane, où l’on trouve encore le baobab de Tassé Faye. Il fut guidé dans son choix par la mystérieuse “ombre” qui avait déjà dirigé Maissa Waly. Il demeura à Ndiol pendant une année. C’est au cours de la célébration de la fête de la Tabaski qu’il fut mordu par un serpent et qu’il mourut, laissant le trône à son frère Wagane.

PAPA GORA DIOP

Source: A.D – PiccMi.Com




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *