PUBLICITE

Formation Métiers du bâtiment

Ouverture : 4 décembre 2017

Inscription à partir du 1 octobre 2017

Contact : Paris 0033145654301

Contact : Sénégal 00221 33 852 33 63 / 77 558 00 36

DU NOUVEAU

594 vues

QUI EST MABA DIAKHOU BA (1809-1867)?

QUI EST MABA DIAKHOU BA (1809-1867)?

PREMIERES ANNEES (1809-1860)

Amath Bâ, plus connu sous le nom de Maba Diakhou, est né dans le Rip vers 1809. Son père était un marabout toucouleur dénianké. Maba fit ses études au Kayor, et enseigna ensuite au Djolof, pays natal de sa mère. En 1846 probablement, il aurait rencontré El Hadj Omar à Kabakoto. Celui-ci l’aurait nommé responsable tidjane de la région.

JIHAD AU RIP (1861-1862)

En 1861, une expédition punitive anglaise épargne sur sa demande, le village de Maba, lequel aide en contrepartie à la conclusion d’un traité de paix. Diéréba Marone, roi animiste du Rip, le considérant comme un traître, veut le faire assassiner par son fils, Math Diaker. Mais c’est ce dernier, de même que son père, qui perdent la vie. Les milieux maraboutiques contrôlent bientôt tout le pays, dont Maba est nommé almamy.

JIHAD AU SALOUM (1862-1864)

Macodou Codou Coumba Fall, damel déposé, se réfugie auprès de Maba. Ce dernier l’aidera par deux fois (juillet et septembre 1862) à battre son fils, le bour Saloum, Samba Laobé. Le marabout ne parviendra cependant pas à s’emparer de la tour de Kaolack, défendue par le sergent Burg et douze hommes, dans laquelle s’est réfugié Samba Laobé (2 octobre 1862).

Au cours de l’année 1863, les forces de Maba contrôlent une partie du royaume du Saloum. Les villages des réfractaires à l’Islam sont brûlés, et leurs occupants tués ou emmenés en esclavage. Cette même année, Maba doit faire face à une contre attaque des anciens chefs animistes mandingues du Rip, soutenus par le Ouli et le Kiang. A côté de succès, il subit une lourde défaite à Kwinella (rive Sud de la Gambie).

En mai 1864, Lat Dior, battu par les forces françaises à Loro (12 janvier 1864) se réfugie, avec Alboury, sa famille et ses guerriers, auprès de Maba, lequel y met comme condition la pratique de l’Islam. En octobre 1864, les autorités françaises reconnaissent Maba comme almamy du Rip et du Saloum.

JIHAD AU DJOLOF (1865)

Envoyé par Maba contre le Djolof au printemps 1865, Lat Dior pille le Baol oriental, mais est arrêté dans sa progression par le bourba Bakantam Khory. Venu à son secours, Maba bat le bourba à trois reprises et entre à Warkhokh, la capitale (juillet 1865). Le marabout recherche l’alliance des Maures trarza et des Foutankobé, mais une rébellion de certains musulmans du Rip l’oblige à quitter le Djolof en octobre 1865, après avoir brûlé plusieurs villages animistes (dont Warkhokh semble-t-il), et en avoir envoyé les habitants dans le Rip comme esclaves. Plusieurs musulmans le suivent lors de son départ.

ATTAQUE FRANÇAISE CONTRE LE RIP (1865)
En fin 1865, une forte colonne, commandée par le gouverneur Pinet-Laprade, marche contre le Rip. Une partie de cette colonne tombe dans une embuscade tendue par Lat Dior à Paoskoto (ou Pathé Badial) le 30 novembre 1865. Les Français entreront à Nioro, et incendieront plus de trente villages, mais se retireront dès le 2 décembre.

JIHAD AU SINE ET MORT (1866-1867)

En 1866, Lat Dior entre au Baol, brûle des villages, emmène des prisonniers comme esclaves. En compagnie d’Abdou Bâ, frère de Maba, il attaque par surprise (en infraction des règles de la jihad) Koumba Ndoffène Diouf, souverain du Sine, brûle Diakhao la capitale, ravageant des villages, faisant de nombreux prisonniers. Ayant rejoint l’armée, Maba témoigne de son mécontentement, et rentre au Rip en début 1867.

En avril 1867, Maba reparait dans le Sine. Campé à Kaolack, le capitaine le Creurer se porte à sa rencontre, mais est battu à Thiofack et y perd la vie (20 avril 1867). Après s’être heurté sans succès au bour Sine à Marout, Maba rentre au Rip.

En juillet 1867, le marabout fait une nouvelle tentative contre le Sine. A l’issue du combat de Somb (18 juillet 1867), Maba est trouvé mort sur son tapis de prière. Son corps est dépecé, et les fragments dispersés. Présent au début de l’engagement, Lat Dior et les siens font défection en plein combat et regagnent le Rip.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *