Slide background

Lutte contre le colonisateur/ »NIANI BAGN NA »: les fils du NIANI portent le combat pour la reconnaissance de Kimingtang Camara

Le Sénégal célèbre ce 04 Avril 2021, le 61e anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Mais on oublie souvent que dans le Sénégal, devenu indépendant, il y avait un royaume qui ne fut jamais conquis, ni par les Français, encore moins par les Anglais : le NIANI. Ce Royaume a été fondé vers la fin du 15ème siècle par des Camara, vaillants guerriers à l’époque du Royaume Mandé de Soudianta Keïta. C’est vers la fin du 16ème siècle qu’ils découvrent Ndiambour à la suite d’une partie de chasse. Ndiambour qui fut la première capitale du Niani où  régnèrent 44 rois. Le 45ème est le Roi Kimingtang qui installa sa capitale à Ndoungoussine. Il organisa son royaume pour en faire une forteresse. Le roi Kimintang n’était pas un expansionniste, il n’utilisait pas sa force pour attaquer les autres royaumes ou faire des conquêtes. Toutes les tentatives de colonisation de ces terres ont échoué. Cela a été le cas le 23 Juin 1865, lorsque les guerriers de Mansa Kimintang Camara, Roi du NIANI, ont repoussé une avancée des troupes coloniales anglaises au-delà du fleuve Gambie à la frontière Sud de son royaume. Ces anglais un fois sur ce vaste territoire  ont voulu pénétrer dans le royaume, c’est alors que le  Roi Mansa Kimintang, grâce à ses redoutables guerriers, disposant d’armes mystiques dont des abeilles, les repoussa jusqu’aux limites du fleuve. Dans leur fuite les anglais ont laissé des armes lourdes comme des canons qui sont actuellement exposés à l’ile de Gorée. Ils se replièrent à Makati, se croyant à l’abri de leur ennemi, baissèrent leur garde, car ils ne voyaient pas comment ce roi et ses troupes, qui n’avaient pas de pirogues, pouvaient traverser le fleuve. Mais arrivé au bord du fleuve et constatant  que les anglais avaient encore des velléités de revenir à l’assaut, après avoir pris des forces, il fit appel à une autre armée mystique constituée de crocodiles pour  traverser le fleuve, chaque guerrier enfourchant un animal mis à sa disposition par la magie d’un sifflet du Roi. Ainsi ce dernier et ses troupes ont défait les troupes anglaises qui, sous l’effet de la surprise, se dispersèrent sans jamais retrouver un commandement pour les remobiliser. Cette bataille de Macati (Mac Arthur ou Georgetown pour les Anglais) et la débandade qui s’en est suivie, a donné à la ville, le nom mandingue de  » Diandianbouré  »  (la dispersion des troupes). C’était encore une autre défaite, très humiliante pour les troupes anglaises et leurs alliés locaux (une très forte coalition). À l’instar des colons, les rois contemporains comme Lat Dior n’ont  jamais pu pénétrer dans ce Royaume qui, à l’époque était composé de 7 provinces dont Khoungheul Socé à la frontière Est. C’est à cet endroit que Lat Dior envoyé par Maaba Diakou, avait venu entrer,  pour réclamer l’impôt. Arrivé à la frontière du Royaume, il y avait campé, et envoyé son homme de confiance, Birane Cissé et un des ses griots pour porter l’information. Une fois informé, le Roi remis à l’envoyé spécial deux calebasses et demanda à Lat-Dior de choisir entre une remplie de coton symbolisant la paix, et une autre remplie de poudre de fusil pour la guerre.  À leur retour pour annoncer à Lat Dior la réponse du Roi du Niani entonna la chanson « NIANI Bagne nah » . Considérant cela comme un affront, il avait décidé d’attaquer le royaume en brûlant tous les villages du Niani, mais mal lui en prit, car il fut chassé par une armée d’abeilles dans une débandade indescriptible.  Le Roi Kimingtang a été déclaré mort en 1895, il a disparu selon une de ses épouses à qui on donnait les attributs de génie ou « Djinn » et personne n’a retrouvé son corps. Il aura vécu 97 ans.  C’est pour valoriser tout ce potentiel historique, culturel et économique que les petits fils de ce grand roi ont décidé de se battre. C’est d’abord le Conseil départemental de Koumpentoum, qui organise chaque année le festival « Penccüm NIANI », mais aussi une  association appelée Association des Ressortissants, Amis et Résidents du Niani (ARAR NIANI). Cette association  poursuit les objectifs ci après :  Valoriser l’histoire du Niani et surtout celle de Mansa Kimingtang Camara; contribuer au développement socio économique des terroirs du Niani et développer un partenariat fort à tous les niveaux. Ainsi dans le cadre du plan stratégique qui a été élaboré, ARAR NIANI envisage « d’organiser à court terme avec le Département d’Histoire de l’Université Cheikh Anta Diop et des chercheurs de la sous région africaine, un colloque international sur le Niani et sa place dans le cadre de la résistance à la colonisation; de mener un plaidoyer pour amener les décideurs à impliquer davantage les localités de ces  terroirs dans les programmes de développement socio-économique du gouvernement et de Contribuer à développer des actions de solidarité et de renforcement de capacités des populations afin de limiter l’émigration et autonomiser les femmes », nous a confié le Pr Boubacar Camara, arrière petit-fils de Kimingtang Camara, président de l’association ARAR NIANI…

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *