DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Histoire : Qui sont les DIOLAS ?

Les Diolas sont un peuple d’Afrique de l’Ouest établi sur un territoire qui s’étend sur la Gambie, le sud du Sénégal (en Casamance) et la Guinée-Bissau. Composés de plusieurs sous-groupes, leur identité est caractérisée par l’usage des langues diola et leur histoire marquée par leurs contacts avec les empires coloniaux britannique, français et portugais auquel il faut ajouter le rayonnement des Vénitiens qui sont les premiers Occidentaux à avoir abordé cette région en 1456.

Les Diolas sont principalement des cultivateurs et récolteurs de riz depuis plusieurs siècles (ce sont les propriétaires du riz casamançais avant même notre ère) et des récolteurs de vins de palme (Bunuck). Ils cultivent et récoltent également du manioc, des haricots, de l’arachide, etc. et ils récoltent du miel, etc. À cela s’ajoutent les activités de chasse, d’élevage, de pêche, etc. Les fruits (mangue, orange, mandarine, ananas, papaye, goyave, pamplemousse, etc.) ainsi que les légumes sont également présents dans les milieux diolas. L’autosuffisance alimentaire est un aspect très important en milieu diola et elle a pu être atteinte durant les anciennes époques (voire jusqu’à une période récente). L’épargne occupe une place primordiale dans l’économie diola et elle permet de financer les besoins familiaux, communautaires ou des cérémonies religieuses, etc.

De nos jours, il existe une importante diaspora diola, principalement, à Dakar, en France, au Royaume-Uni, au Portugal, aux États-Unis, au Canada, etc. (Il s’agit de la diaspora diola ou Ajamat).

Histoire:
Les traditions orales sénégambiennes attestent que les peuples de Sénégambie dont les ancêtres des Diolas, apparentés aux Sérères et aux Peuls, sont originaires de la vallée du Nil[2]. Les Diolas, à l’époque de l’Empire du Mali vivaient beaucoup plus à l’est, vers le Mali. Ils furent amenés à occuper la région de la Casamance, de la Gambie, et de la Guinée-Bissau à la suite de l’avancée des Malinkés (ou Mandingues) conquérants. Ainsi, les historiens ont montré que les Joolas (ou Diolas) sont les deuxièmes (en termes de groupes ethniques) habitants de la Gambie, de la Casamance et de la Guinée-Bissau derrière les Mandingues venus du Mali. Les Diolas, une fois installés en Casamance, en Gambie et en Guinée-Bissau ont, par la suite, cohabité avec d’autres ethnies, tels que, les Balantes, les Manjaques, les Mancagnes, les Peuls, les Sossés ou Mandingues, etc. Notons que les Joolas se sont beaucoup distingués par leurs farouches oppositions à l’esclavage. Les Diolas créent plusieurs villages indépendants en Casamance, en Gambie et en Guinée-Bissau.

Les Diolas sont aussi composés de plusieurs sous-groupes (Ajamat, Kassa, Fogni, Bluff ou Blouff…). Les Diolas de Fogni (et les Diolas de Bluffs) et les Mandingues, s’influencèrent et s’empruntèrent des éléments culturels. Par exemple, les rois malinkés du Kaabu avaient souvent des origines diolas par leur matrilinéaire, cette cohabitation entre Diolas-fognis et Malinkés, explique, par exemple, certains patronymes qu’ils ont en commun (Mané, Sané, Diaby, Sonko, Sagna, etc). De plus, les Joolas de Fognis et les Joolas de Bluffs (département de Bignona, par exemple) ont adopté « de gré ou de force » deux rites des Mandingues qui sont l’excision et la danse du Kankuran. En effet, l’excision et la danse du Kankuran n’existent pas dans la culture authentique des Diolas (ou les valeurs traditionnelles authentiques du Diola ou Joola). De plus, l’excision n’existe pas et elle n’a jamais existé chez les divers sous-groupes Diolas (Ajamat, Kassa, etc.) du département d’Oussouye qui considèrent l’excision comme une violation des Droits Humains ou comme « de la pure folie ».
Les Diolas ont toujours été réputés pour leur fierté, la quasi-impossibilité de les soumettre à toute forme d’asservissement et l’ardeur au travail. C’est un peuple à la fois guerrier et pacifique, ouvert d’esprit, œuvrant pour la sauvegarde de leur valeurs culturelles ou traditionnelles, etc. Aucun peuple n’a réussi à coloniser complètement les Diolas.

sanghalakamane : le vestibule de l’Antiquité.

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *