PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Rufisque / Litige foncier : Les victimes des démolitions de Tivaoune Peulh réclament toujours leurs terrains.

C’est dans un contexte d’intifada avec les forces de l’ordre que le collectif des victimes des démolitions de Tivaouane Peulh a tenu une marche ce vendredi 16 octobre 2020 pour réclamer les 20 ha de parcelles que le Chef de l’État Macky Sall avait octroyés aux victimes suite à une opération de démolition de maisons en 2017. Occasion pour Ousmane Ndiaye, membre et porte-parole dudit collectif, de revenir sur ce qui a motivé cette marche. 

Selon lui, « le lundi passé, le gouverneur  de Dakar nous a appelés pour nous informer que le président de la République a retiré les 20 ha qu’il avait remis au collectif. Alors que le Premier ministre d’alors, Mohamed Boun Abdallah Dione et d’autres autorités avaient confirmé cette décision du chef de l’État d’octroyer ces 20 ha aux victimes. Aujourd’hui, le gouverneur se permet de dire avec la DSCOS qu’ils vont retirer les 20 ha remis aux victimes. Ces 20 ha ont été aménagés à 80%. Dans une situation « carabinée », il faut commander pour survivre. Tivaouane Peulh va lutter ».

M. Ousmane Ndiaye d’ajouter « qu’ un simple gouverneur vient dire que la décision du Président de la République n’est pas à l’ordre jour, ce n’est pas normal. Par rapport à ce rassemblement, nous avons respecté toutes les procédures qu’il faut. Le sous-préfet se permet aujourd’hui de nous dire , une heure de temps après, que notre marche n’a pas été autorisée », s’exclame t-il.

Présent à cette manifestation pour apporter son soutien aux victimes, Guy Marius Sagna a déclaré que « Le  Frapp et le Front multi lutte Doyna sont venus exprimer toute leur solidarité à nos concitoyens de Tivaouane Peulh qui se battent depuis 2017 pour rentrer dans leurs droits. Nous estimons que l’État du Sénégal depuis 2017 a eu une attitude irresponsable. Non content d’avoir démoli des maisons de 1796 de nos concitoyens, non content d’avoir arraché leur parcelles, l’État fait du dilatoire. Nous pensons que l’interdiction cette manifestation est scandaleuse. Nous pensons que c’est la spoliation foncière qu’il faut interdire ».

Guy Marius Sagna, a également saisi l’occasion pour lancer un appel à l’endroit de tous les concitoyens du département de Rufisque pour créer une large coalition dans le département pour faire face aux différents problèmes et mener ensemble les combats du département. 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *