PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

SÉDHIOU – LUTTE CONTRE LA MIGRATION IRRÉGULIÈRE EN MILIEU SCOLAIRE LA CELLULE D’ANGLAIS DE BOUNKILING ALERTE ET SENSIBILISE

De plus en plus d’élèves de la région de Sédhiou versent dans le mirage de l’Eldorado européen et engagent le chemin de la migration irrégulière. Entre 2017 et 2019, le Collège d’enseignement moyen (CEM) de Ndiama Pakao déclare avoir perdu 06 élèves, pourtant brillants en classe, morts dans les fonds marins. La cellule départementale d’Anglais de Bounkiling en a fait son thème générique pour alerter les familles d’acteurs et sensibiliser sur l’urgence de travailler et réussir chez soi. Le parrain, El Hadji Sidya Dramé, trouve opportun la relance de ce fil du dialogue. La contagion de l’émigration clandestine a fini de gagner le milieu scolaire, dans nombre d’établissements du moyen/secondaire, de la région de Sédhiou. A Ndiama Pakao, le principal du CEM témoigne du décès de six (6) élèves, figurant parmi les plus performants de l’école, morts, dit-il sur le chemin de la migration irrégulière ces deux dernières années. «Ici, au niveau du collège de Ndiama, nous avons perdu six (6) élèves entre 2017 et 2019. Certains ont même eu leur BFEM, avec une bonne moyenne. Ils ont tenté l’émigration clandestine et, malheureusement, ils sont décédés. Il y a lieu de dire aux élèves qu’on peut étudier et réussir ici, via les offres de formation et d’emploi», a déclaré Cheikh Ngom, le chef d’établissement. Le principal Cheikh Ngom a tenu ces propos à l’occasion des journées de la langue anglaise dont le thème porte sur la problématique de l’émigration clandestine en milieu scolaire.
Mamadou Sidibé Diouf, le coordonnateur de la cellule départementale d’Anglais de Bounkiling explique: «nous organisons ces journées dans le cadre de l’enseignement extra muros pour divertir les élèves, certes, mais surtout en profiter pour leur inculquer des notions de savoir-vivre et de savoir-être. La problématique de la migration irrégulière hante notre sommeil ici. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi ce thème, cette année. Le défi, pour nous, c’est de faire en sorte que les enfants aient confiance en eux-mêmes et de travailler à réussir chez-eux et par le mérite. C’est donc un devoir pour nous et nous l’assumons». 
LES ELEVES SUPPLIES A DEVELOPPER LA CONFIANCE ET L’ESTIME EN SOI
Le parrain de la journée, El Hadji Sidya Dramé, guide religieux, président des Oulémas mandingues du Sénégal et Ambassadeur international de la paix, a exhorté les jeunes à développer la confiance en soi. «Quand tu vas quémander chez quelqu’un qui, à son tour cherche à venir chercher profit chez toi, autant donc rester chez soi et dans la dignité. Ce sont nous, africains, qui pouvons développer notre continent. Chacun n’a qu’à se battre et Dieu pour tous. Croyons au travail bien fait, la réussite va suivre à coup sûr», a notamment fait observer le guide religieux. Son combat au service de l’Education lui a valu un diplôme de reconnaissance de l’Inspecteur d’académie de Sédhiou et de la cellule d’Anglais.
A la tribune officielle, l’Inspecteur d’académie, Cheikh Faye, l’Inspecteur de l’éducation et de la formation de Bounkiling Cheikhou Sidibé, tout comme Déthié Diouf, président des Ambassadeurs de paix du Sénégal et président du Conseil d’orientation des jeunes étudiants pour la paix ainsi que le sous-préfet de Diaroumé, Ousmane Ngom, ont insisté sur la disponibilité du potentiel et des opportunités de formation et d’emploi mieux que l’option périlleuse de mourir dans l’anonymat et loin des siens. En marge des festivités, Déthié Diouf a procédé à la remise de médicaments aux élèves pour contribuer, dit-il, à leur bonne santé.

Sudonline




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *