MEN/PNBEJA: « Depuis 2013 nous ouvrons des classes d’alphabétisation » (Ndeye. N. DIOUF, Dir. Alpha./MEN)

Le taux d’analphabétisme est de 54% au Sénégal dont 62% de femmes. Le défi de la résorption du déficit de stock d’éducation de la population, résultant du faible taux d’instruction au lendemain des indépendances, reste donc à relever. Selon Ndèye Nam Diouf, la directrice de l’Alphabétisation, « depuis 2013 nous ouvrons des classes d’alphabétisation dans les différentes académies du pays. L’Alphabétisation est transversale. Nous avons un programme avec le ministère de la Femme qui porte le nom de PALAM qui est un programme de métier pour l’autonomisation des femmes et des jeunes. Nous avons un effectif de 10.000 femmes et 3.000 jeunes  ….  » Le développement du secteur éducatif au Sénégal est actuellement fortement influencé par le plan stratégique et le cadre d’opérationnalisation de la politique éducative pour la période 2018-2030, qui ont été ajustés au programme de développement durable des Nations-Unies à l’horizon 2030 et au Cadre d’action pour la mise en œuvre de l’Objectif de développement durable 4 (ODD 4). Ce plan stratégique national, basé sur le Plan Sénégal émergent (PSE) lancé en 2013 par le gouvernement sénégalais, a pour ambition de construire un « Sénégal émergent à l’horizon 2035 avec une société solidaire dans un État de droit ». Pour réaliser cette vision et atteindre ce nouvel objectif stratégique, le gouvernement a fait de l’éducation et de la formation son cheval de bataille – une approche portée par le Programme d’amélioration de la qualité, de l’équité et de la transparence de l’éducation et de la formation (PAQUET – EF, 2018-2030)

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.