PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Formation des éléves-maîtres, perturbations du système éducatif: Cheikh MBOW se prononce

« Il n’est pas acceptable au Sénégal que des enseignants formés ne soient disponibles qu’au mois de février ou mars », (Cheikh Mbow, D.E Cosydep)

Lors de la célébration du 9ème Forum de l’Essor du Secteur Privé par l’Education pour l’emploi (ESP-EPE), ce lundi 17 février 2020, à la sphere ministérielle 2 sise à Diamniadio, le Directeur exécutif de la Cosydep, Cheikh Mbow, a saisi l’occasion pour se prononcer sur la situation actuelle du système éducatif du pays. Selon lui, Il faut que l’Etat prenne en compte ces deux aspects essentiels, à savoir relever le défi lié au déficit en personnel enseignant et faire en sorte que le calendrier scolaire coincide avec la formation des enseignants. À cet effet, il est important que l’État se préoccupe de la situation en terme de formation et relève le déficit en personnel enseignant. «D’après nos études, le Sénégal a besoin de 30 000 enseignants pour combler ce déficit », a informé Cheikh Mbow. Il poursuit que cela a pour conséquence le gel de beaucoup de classes qui ont été fermées par déficit d’enseignants.
Cheikh Mbow, de poursuivre qu’il faut réfléchir sur la concordance qui doit exister entre la formation des enseignants et le calendrier scolaire. « Il n’est pas acceptable au Sénégal que des enseignants formés ne soient disponibles qu’au mois de février ou mars », a-t-il déclaré.

Perturbations du système éducatif : « Il faut éviter d’être dans le pourrissement, attendre la dernière minute pour vouloir sauver une année scolaire » (Cheikh Mbow, D.EX. Cosydep)

Le système éducatif sénégalais a renoué avec les séries de débrayages et grèves. Pour rappel, le G7 et le G20 qui regroupent les syndicats d’enseignants sont remontés contre l’État, qui n’aurait pas respecté ses engagements. Le Directeur Exécutif de la Coalition en Synergie pour la Défense de l’éducation publique (Cosydep), M. Cheikh Mbow, s’est prononcé sur ces perturbations notées en milieu scolaire. Le directeur exécutif de la Cosydep, M. Cheikh Mbow, demande à l’État de prêter attention aux alertes des syndicats d’enseignants et les organismes citoyens. Il ajoute qu’en tant que société civile, il est inquiet de constater ces remous dans le système éducatif sénégalais. « Il faut éviter d’être dans le pourrissement, attendre la dernière minute pour vouloir sauver une année scolaire… »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *