PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Amélioration des apprentissages en mathématiques à l’élémentaire, le Sénégal peaufine son modèle.

En lançant le programme d’amélioration des apprentissages en mathématiques à l’élémentaire (PAAME) en 2015, l’Etat du Sénégal a voulu apporter une rupture dans l’approche de l’enseignement de cette discipline complexe.
Le PAAME, après quatre ans de mise en œuvre dans les régions de Kaolack et Kaffrine a donné des résultats qu’il faut partager et généraliser.
L’atelier tenu au Radisson ce lundi 26 août 2019 qui a réuni tous les IA et IEF des 16 académies, répond à ce besoin de vulgarisation de l’expérience.
De l’avis de Alioune Badara DIOP, Coordonnateur du PAAME, le projet a réussi a relevé sensiblement les performances scolaires en mobilisant les enseignants et la communauté en dehors des heures ouvrables. »La particularité du PAAME réside dans l »implication de la communauté dans la qualité à travers les Plan d’Action Volontariste accès sur la qualité (PAV-Q) dont les paramètres clés sont: le relèvement du temps d’apprentissage, l’amélioration de la conduite des activités d’enseignement/apprentissage et l’amélioration de l’environnement des apprentissages. relève-t-il.
Pour Cheikh Yaaba DIOP, Inspecteur de l’Education et de la formation de Saint-Louis commune, « c’est une urgence que de réfléchir sur une stratégie d’amélioration de l’enseignement des mathématiques à l’école. Il faut juste bien penser la mobilisation des moyens nécessaires pour la production d’outils et de matériels » L’IEF de Matam a quant à lui insisté sur l’importance de mobiliser les communautés comme ça a été réussie dans les régions pilotes (kaolack et Kaffrine).
L’Etat du Sénégal avec l’appui du Japon a bien pris en compte les observations des différents acteurs invités à cette cérémonie de partage de l’expérience du PAAME.
Le ministre de l’Education accompagné de l’Ambassadeur du Japon a présidé la cérémonie d’ouverture. « La volonté politique a été clairement exprimée par la 1ère directive du conseil présidentiel suite aux assises nationale sur l’Education et la formation, nous n’avons pas le choix. On doit accélérer la cadence pour que notre école qui est nationale offre une formation de qualité » déclare Mamadou Talla.
La session a été clôturée par Khady DIOP MBODJ, secrétaire général du ministère. Elle s’est terminée par une note d’espoir. L’espoir d’abord de pouvoir encore compter sur le partenariat avec le Japon mais aussi l’espoir d’engager les services techniques du ministère de l’Education nationale à s’approprier les bonnes pratiques du PAAME pour que les mathématiques cessent d’être la bête noire des élèves à l’élémentaire.

MEN




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *