Tamba : Le démarrage des travaux de construction d’un

Alassane Sina Cissokho, président du conseil départemental de Tambacounda : « Le démarrage des travaux de construction d’un marché sous-régional est éminent »

Pendant 20 ans, les femmes actrices du développement de Tambacounda rêvent d’un projet de construction du marché sous-régional des femmes pour donner à la ville sa place de plaque tournante. Ce combat a été porté par le président du Conseil départemental de Tambacounda, Alassane Sina Cissokho, membre du Haut conseil des collectivités territoriales depuis son investiture à la tête de l’institution départementale. Il a annoncé, lors de cet entretien, le démarrage prochain des travaux de construction de ce marché d’un coup de plus d’un milliard et demi de FCfa.

Où en êtes-vous avec le projet du marché sous-régional ?
C’est le lieu pour moi de remercier très sincèrement le gouverneur de la région qui a facilité ma rencontre avec le chef de l’État, Macky Sall. Et pendant l’audience, j’ai fais savoir au chef de l’État que ma seule préoccupation se trouve être la construction du marché sous-régional des femmes. Une vielle doléance des femmes actrices du développement. Le Président Macky Sall a alors accédé à ma demande de réaliser ce rêve. Il m’a alors mis en rapport avec le ministre de la Gouvernance locale qui, à son tour, a appelé le Dg de l’Agetip pour lui confier ce dossier. Ce dernier avait jugé exorbitant le montant d’un milliard cinq cent millions de FCfa pour construire ledit marché. Dieu merci car, depuis 20 ans, les femmes courent derrière la construction de ce marché.

Voulez-vous dire que le projet a été accepté ?
L’appel d’offres a été lancé le 31 décembre dernier (2016). Mieux, l’ouverture des plis a eu lieu au siège de l’Agetip le 2 février dernier. D’ailleurs, présentement, ils sont dans l’analyse technique des offres. Le directeur général et l’architecte m’ont promis d’être à Tambacounda en fin février ou début mars pour le démarrage des travaux. Si mon mandat s’arrêtait à la construction de ce marché sous-régional des femmes, alors je serais très heureux.

Qu’est-ce que ce marché va offrir à la population ?
C’est une véritable opportunité d’emploi pour les jeunes et les femmes, l’éradication de la pauvreté. Il y a tous les services des différents secteurs de développement dans ce marché. Il permettra surtout aux femmes, aux jeunes, à la population de Tambacounda de se développer. C’est dire que l’une de mes deux principales batailles est réussie pour soulager les femmes, les populations de l’ensemble de la région. Et ce marché étant acquis, je me tourne vers la réhabilitation du centre de formation technique de Missirah. C’est un combat engagé pour la satisfaction des populations, un crédo ou un sacerdoce.

Les conseillers ont voté à l’unanimité le budget, quelles sont vos priorités pour cette gestion 2017 ?
Ce budget de la présente gestion 2017 est estimé à 481 millions de FCfa. Ce sont 88 millions de FCfa qui vont aller à l’investissement et 393 millions de FCfa au fonctionnement. Il faut préciser que c’est un budget prévisionnel. Ce montant a été voté à l’unanimité des conseillers présents pendant la session. Nous souhaitons avoir ce montant pour réaliser nos objectifs qui sont nombreux et variés. Il s’agit de satisfaire un temps soit peu les 9 compétences transférées. Il faut préciser que le Conseil départemental n’a pas de recettes comme la commune. Nous nous contentons seulement des fonds de dotation et des fonds de concours attribués par l’État à la collectivité. D’ailleurs le compte administratif a été présenté et validé par mes collègues.

source le soleil.sn

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *