PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Le GrandCarnavaldeDakar 2019: interview exclusive avec Awa Ndao Sarr.

Le #GrandCarnavaldeDakar vous propose une nouvelle interview exclusive de talent Sénégalais. Aujourd’hui nous sommes allé à la rencontre d’Awa Ndao Sarr.

Pouvez-vous vous présentez ?
Je suis Awa Ndao Latifah, coiffeuse depuis 29 ans et je gère les salons Latifah.

Quelles sont vos activités aujourd’hui ?
Coiffure, couture, mode et esthétique et je compte créer une école de coiffure pour enseigner et transmettre mon savoir.

Quelle est l’importance de la coiffure dans la société sénégalaise ?
La coiffure tient un rôle très important. Naturellement lorsque je salue une personne, mon premier regard se porte vers sa tête, je regarde sa coiffure. Que ce soit une perruque, des tresses ou des tissages, elle se doit d’être bien faite.

Vous êtes femme, africaine, entrepreneuse, est-ce compliqué pour une femme d’entreprendre en Afrique ?
Oui c’est très difficile, les accompagnements ne suivent pas. Si tu es entrepreneuse, tu travailles avec tes propres moyens, depuis 29 ans jamais personne ne m’a aidé, tout ce que j’ai entrepris je l’ai réalisé toute seule.

Lors d’une précédente interview, vous vous référiez à l’éducation et à la transmission comme vecteur d’émancipation pour les jeunes femmes, comment pouvez-vous y contribuez ?
Je m’y référais précédemment, en créant une école de coiffure, il n’en existe plus à Dakar. Cela me permettra de transmettre et d’éduquer. Je suis une femme, je suis une mère, je suis à même de prendre aussi en charge l’éducation des jeunes filles en plus de la transmission de mon savoir faire, ce sera un volet complémentaire à l’apprentissage de mon métier.

Se tiendra le Grand Carnaval de Dakar début novembre, que pensez-vous de cet événement ?
Une très bonne idée. Dès que Fatou Kassé Sarr m’en a parlé, je lui ai dit « nous avons besoin de ça ». A Dakar, il n’y a jamais eu de grand carnaval, cela permettra de montrer toute notre richesse culturelle mais aussi artisanale, nos tenues traditionnelles, nos différentes coiffes, les spécificités de chaque peuple.

Allez-vous participer à ce carnaval ?
Bien entendu.. Il y aurait un coin dédié à la coiffure qui me permettra en premier lieu de présenter l’évolution de la coiffure de ces trente dernières années mais aussi les différentes coiffes des peuples du Sénégal car chacun à des spécificités comme le peuple Peulh et ces stresses serrés, le mongour chez les Toucouleurs.

Nous ferons aussi des jeux, des shooting, certaines pourront gagner des bons pour une coiffe par exemple. Ce carnaval va être passionnant, j’en ai parlé a des amis américains qui ont réagit positivement en me demandant les dates pour qu’ils puissent s’organiser pour venir. Cela va être une belle fête!




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *