DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Covid-19/variant Delta : « Le pire va arriver… La phase est ascendante » ( Le Dr Coumba Kane)

C’est une situation qui inquiète de plus en plus, au vu de la multiplication rapide des cas de Covid-19. Aujourd’hui, le Sénégal a encore enregistré un record dans l’évolution des cas de Covid-19. Tenant compte du relâchement et d’une certaine indifférence d’une bonne partie de la population sénégalaise, se retrouver avec 1.366 nouveaux cas testés positifs au coronavirus aujourd’hui, sur 3.815 tests réalisés, ne doit aucunement surprendre.

À trois jours de la fête de Tabaski, l’inquiétude pourrait être plus grande au vu des déplacements massifs des sénégalais voulant fêter l’Aïd Al Fitr auprès de leurs familles. C’est pourquoi l’alerte à la vigilance et au respect strict des gestes barrières doit etre renforcée.

Le Dr Coumba Kane, spécialiste en virologie et microbiologie, une des personnes les mieux habilitées à se prononcer sur ce genre de progression de virus, confie à Dakaractu ses inquiétudes face à cette vague. « Le pire va arriver. Il faut que les sénégalais sachent que nous sommes dans une phase ascendante. La particularité du variant Delta, c’est son pouvoir de transmissibilité. Il est six fois plus élevé que les autres. Ce qui fait que si quelqu’un transmettait le variant originel à une seule personne, le variant Delta par contre, transmet à 6 personnes. Ce qui explique l’augmentation des chiffres depuis quelques jours », argue la spécialiste.

Dans ce cas, il faut rester vigilant. Comme l’indique le Dr Coumba Kane, la fête de Tabaski est un moment difficile pour se contrôler, mais la responsabilité individuelle doit être de mise : « il faut que chacun se dise qu’il est un potentiel porteur du virus et tout faire pour ne pas contaminer son prochain. La seule façon d’arriver à ce stade, c’est de respecter les gestes barrières : porter le masque en public, éviter d’être pendant longtemps dans un endroit confiné etc… ». Sur la responsabilité de tout un chacun, le Dr Coumba Kane rappelle que tout le monde est impliqué. « Nous ne nous protégeons pas. Vous allez dans certains milieux, les gens ont le masque sous le menton, parfois même quand ils parlent, ils l’enlèvent. C’est vraiment compliqué », se désole la virologue. 

D’ailleurs, en guise de solution, elle recommande l’immunité hybride (celle  qui est issue d’une infection naturelle et celle issue de la vaccination) qui peut être une alternative pour sortir d’affaires.

Néanmoins, l’intensification de la vaccination, mais également la sensibilisation en impliquant toutes les communautés pour que la majorité soit vaccinée. « L’immunité naturelle et celle provenant de la vaccination peuvent être la solution. Mais comme le virus mute, il faut vraiment insister sur le respect des gestes barrières », sensibilise la créatrice du premier laboratoire de biologie moléculaire d’Afrique de l’Ouest, Iressef.

dakaractu

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *