PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

SYNTHÈSE ACTUALISÉE DE L’ARGUMENTAIRE POUR LA COMMUNALISATION DES VILLAGES DE KEUR NDIAYE LO, KOUNOUNE, NGALAP, KEUR DAOUDA SARR ET CITE MBABA GUISSE ET DES CITES ENVIRONNANTES (Ousseynou DIALLO)


Soucieux du développement de leur terroir, se fondant sur les principes de liberté et de proximité et s’appuyant sur les conditions de création, de suppression et de fusion des collectivités locales prévues par le Code des Collectivités locales (aujourd’hui Code général des Collectivités territoriales avec l’avènement de l’acte III de la Décentralisation), les habitants des villages de Kounoune, Keur Ndiaye Lo, Keur Daouda Sarr, Kounoune Ngalap, Cité Mbaba Guissé et cités environnantes de la Commune de Bambilor, ont nourri, ensemble, le projet de communalisation de l’entité ainsi constituée pour disposer dun cadre institutionnel pour gérer eux-mêmes leurs affaires locales.
Ce présent document est la synthèse actualisée de l’argumentaire envoyé, depuis 2013, à l’autorité administrative pour lui prouver la viabilité de la future commune.
Le découpage de 2011 (cf Décret n° 2011-706 du 6 juin 200 portant création de commune et de communautés rurales dans le département de Rufisque, région de Dakar) a rattaché nos cinq villages à la Communauté rurale de Bambilor, devenue, à la faveur de l’acte III de la Décentralisation, Commune de Bambilor. Ce découpage a posé un problème de non-respect des principes de proximité, de continuité territoriale et de rapprochement des administrés de leurs autorités décentralisées.
La demande de communalisation, s’inscrit dans une démarche participative et inclusive. Elle résulte dun engagement des populations endogènes conscientes de l’homogénéité et de la solidarité caractérisant cet ensemble d’établissements humains, un atout majeur pour le développement de la localité.
Elle s’inspire de la définition de la commune, objet du premier alinéa de l’article 77 du Code des collectivités locales, reprise dans le premier alinéa de l’article 71 du Code général des Collectivités territoriales qui suit : « La commune est une collectivité locale, personne locale de droit public. Elle regroupe les habitants du périmètre dune même localité composée de quartiers et/ou villages unis par une solidarité résultant du voisinage, désireux de traiter de leurs propres intérêts et capables de trouver les ressources nécessaires à une action qui leur soit particulière au sein de la communauté national et dans le sens des intérêts de la nation. ». L’article 73 du même CGT a aussi conforté notre position en ce qu’il dit : « Ne peuvent être constituées en communes que les localités ayant un développement suffisant pour pouvoir disposer des ressources propres nécessaires à l’équilibre de leur budget.
Aucune commune ne peut être instituée qui ne comprenne une population groupée dau moins mille habitants. ».
Considérant ces critères et tenant compte de l’histoire, de la géographie et de l’économie de la zone, les populations ont choisi de cheminer ensemble pour prendre en charge une doléance, dans le cadre de cette communalisation.
Le choix a été porté sur un Comité de pilotage de 30 membres dont les chefs de village pour coordonner le processus.
Par rapport à l’histoire, il urge de mettre en exergue l’ancienneté de certains villages comme Kounoune et Kounoune-Ngalap fondés par les Lébous dans leur migration du Nord vers le Sud-ouest du Sénégal qui datent de plus de 500 ans, figurant ainsi parmi les plus anciens villages de la région de Dakar. Si Keur Ndiaye LO a été fondé au 19ème siècle, Keur Daouda SARR occupe la 4ème place du point de vue de l’ancienneté alors que la Cité Mbaba GUISSE est de création plus récente, en 2001.
C’est dire qu’avec ces réalités historiques, le principe de solidarité résultant du voisinage et le désir des populations unies autour de leurs problèmes auxquelles elles cherchent à trouver ensemble des solutions, sont réels.
Aujourd’hui, les cinq villages et cités environnantes sont confinés dans la même aire géographique et constituent un seul établissement humain. Si un recensement administratif de 2008 donnait aux cinq villages uniquement, une population de 11.732 habitants, l’argumentaire estimait cette population à plus de 17.000 âmes en 2013. Aujourd’hui, avec l’émergence des nouvelles cités (on en dénombre plus dune vingtaine) et le développement de chacun des villages traditionnels, la population est estimée entre 22 000 et 25 000 habitants.
En plus d’avoir accueilli beaucoup de travailleurs de la fonction publique, du secteur privé et du secteur informel dans ses nombreuses cités nouvelles, la zone a toujours une vocation agricole. La culture maraîchère et l’aviculture occupent une place prépondérante dans les activités de la zone. Il y est noté la présence d’usines de conditionnement et d’exportation de haricots verts, de mangues et de melon entre autres y est construite. Cette fabrique porte le nom de SEPAM. Cette usine emploie de la main d’œuvre locale des villages de Keur Ndiaye Lo, de Keur Daouda Sarr et de Kounoune mais également des employés venant de Rufisque.
Nous pouvons citer, entre autres, la Centrale de Kounoune POWER S.A., ENERGY CO, PROGECO, l’usine de fer, aujourd’hui les stations d’essence de Keur Ndiaye LO et de Keur Daouda SARR, six boulangeries, quatre pharmacies, plusieurs quincailleries et boutiques pour le commerce de gros et de détails etc.
Depuis 2013 la situation des infrastructures et des équipements a beaucoup évolué avec un lycée, six collèges dont 4 établissements privés, six écoles publiques élémentaires, une dizaine d’écoles préscolaires et élémentaires privées. La carte sanitaire n’est pas reluisante, avec seulement deux postes de santé et trois cases de santé.
Il y a nécessité de multiplier les écoles élémentaires et créer un second lycée de proximité dans la zone de Kounoune- Keur Ndiaye LO pour résoudre l’équation de l’accès et de l’accessibilité compte tenu du boom démographique. Sous ce registre, des réserves foncières disponibles peuvent accueillir un lycée et d’autres infrastructures telles que l’hôtel de ville, un marché central, des complexes pour la conservation des légumes et fruits produits dans la zone.
Ce projet émane de la base et est porté par tous les segments des populations. S’inscrivant dans une démarche de synergie, le consensus a toujours été privilégié dans la conduite du processus.
Les potentialités et les ressources humaines capables de présider aux destinés de la future commune sont disponibles. L’érection des cinq villages en Commune permettrait à la localité de mettre en valeur toutes ses potentialités, de rapprocher l’administration des usagers et offrirait également, aux populations, l’opportunité de participer pleinement à la gestion des affaires les concernant.
ENSEMBLE POUR L ÉRECTION DE LA COMMUNE « KOUNOUNE-KEUR NDIAYE LO
Les Chefs de villages de
Keur Ndiaye lo
Kounoune
Kounoune ngalap
Keur Daouda Sarr
Cité Mbaba Guisse
Et cités
Fass kounoune
Kounoune 2
ZAC kounoune
Sage-femme 5
Darou salam kounoune
Cité Assurances
Cité Douane
Ya Salam kounoune power
Cité SIR
Médina Toul Mounawara
Almadies 2
Médina kounoune
Lebougui
Cité Dabbakh
Cité nouvelle horizon
Cité Doudou Bass
Kounoune ville neuve
La liste n’est pas exhaustive




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *