PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

SENELEC – Samuel Sarr au cœur d’une transaction mystère

Ce samedi 03 octobre 2020 s’est déroulée la signature du contrat de construction de la centrale électrique entre la Senelec et West African Energy (WAE). L’affaire ne soulève pas grand bruit. Mais il est légitime de se demander si la SENELEC ne s’est pas encore électrocutée. Pour mémoire, au mois de mai dernier, le journal Vox Populi alertait sur les agissements de l’actuel DG de la Senelec, Pape Mademba Bitèye, qui envisageait d’accorder à Samuel Sarr « le plus grand contrat d’achat d’énergie pour réaliser la plus grande centrale électrique du Sénégal…sans aucune étude sérieuse, ni analyses de risques projets ». « Pluie de milliards en vue sur Samuel Sarr », titrait le journal. « Une grosse affaire de milliards est en train de secouer les murs de la SENELEC sans que cela n’attire curieusement l’attention. Il s’agit d’une affaire dans laquelle est mêlée jusqu’au cou la société West Africa Energy (sans référence) créée l’ancien directeur général et ministre de l’Energie de Abdoulaye Wade », avertissait notre source. D’après le journal, le marché, qui risque d’être passé sans appel d’offre, est estimé à 3516 milliards, soit 140 milliards par an, dans l’hypothèse d’un fonctionnement continu en base ou semi-base.Selon les sources de Vox Populi, l’autorisation du Conseil d’administration a été obtenue au forceps le 13 novembre 2019, suivie de la création de la société le 14 novembre. Mais avertissent les interlocuteurs du journal, ce procédé utilisé est dangereux. « En engageant SENELEC, en mode accéléré dans la signature de ce contrat, cette dernière sera liée quelque que soit l’issue de la mise en œuvre. Soit le contrat est exécuté, il devient le plus grand rentier du Sénégal ; soit le contrat n’est pas exécuté et il trouvera un moyen d’attaquer SENELEC pour la trainer devant les tribunaux internationaux avec ses partenaires turcs. SENELEC sera alors condamnée à payer des pénalités pour rupture abusive de contrat », peut-on encore lire. Vox Populaire précise que le contrat a été signé malgré les réticences du ministre des Finances er du Budget (courrier du 29 octobre 2019) ainsi que les réserves et incompréhensions de plusieurs administrateurs.

Thierno DIOP




Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *