DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

PROFESSEURE AGRESSEE DANS L’EXERCICE DE SES FONCTIONS PAR UN ÉLÈVE A KEBEMER: Je dénonce, je m’indigne et j’accuse.

Même chez les animaux, les bêtes fauves, existe un instinct de conservation, un besoin naturel de solidarité mutuelle, à plus forte raison que chez les humains, de surcroît les éducateurs que nous sommes. Je suis outré, dégoûté par l’attitude de certains collègues de ce lycée, en complicité flagrante avec leur administration, réunis autour d’un soit disant Conseil de discipline qui ne dit pas son nom.Comment pouvez-vous nous expliquer votre décision d’autoriser cet ÉLÈVE AGRESSEUR à reprendre les cours, UNE SEMAINE SEULEMENT, après avoir commis une telle forfaiture ? En âme et conscience, pensez-vous vraiment qu’une telle sanction est à la hauteur de l’humiliation subie par votre collègue, une DAME, de surcroît qui n’a pas la force physique nécessaire pour se défendre ? Qu’est-ce qui se cache réellement derrière cette décision ? De quoi avez-vous peur pour prendre vos responsabilités ? Trembleriez-vous devant vos élèves ? Si tel est le cas, ce serait alors, d’après les mots de Platon  » la fin de la République « .Si ces questions se posent, c’est parce que je trouve très suspect le comportement de ce conseil de discipline que j’accuse de manque manifeste de solidarité envers leur propre agent, au grand dam d’un agresseur, ce qui est totalement incompréhensible et inadmissible.A travers cette brave dame, vous venez d’ouvrir une boîte de pandore qui se refermera sur vous tôt ou tard. Vous venez aussi de porter un coup violent et fatal sur tout le corps professoral. Vous venez en dernier ressort de nous foutre la honte en montrant à la face du monde qu’un enseignant ne peut plus compter sur ses collègues. Je vous invite à vous ressaisir et à rectifier le tir car la dame a un honneur et une dignité à préserver. Voilà pourquoi, j’interpelle tous les dignes enseignantes et enseignants du Sénégal épris de justice ainsi que les syndicats d’enseignants de faire bloc autour de notre collègue pour lui apporter tout le soutien dont elle aura besoin afin de vaincre la lâcheté et l’hypocrisie qui gagnent du terrain dans nos établissements scolaires.

Malang Sonko, Professeur de philosophie au lycée de thiadiaye

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *