PUBLICITE

Formation Métiers du bâtiment

Ouverture : 4 décembre 2017

Inscription à partir du 1 octobre 2017

Contact : Paris 0033145654301

Contact : Sénégal 00221 33 852 33 63 / 77 558 00 36

DU NOUVEAU

57 vues

Khossanto / Eboulement du site d’orpaillage de Dhiakhaling : Trois morts et trois blessés. A qui la faute ? Accusés levez-vous !

Khossanto / Eboulement du site d’orpaillage de Dhiakhaling : Trois morts et trois blessés. A qui la faute ? Accusés levez-vous !

Le Jeudi 01 Novembre 2018, un site d’orpaillage traditionnel, sis à Diakhaling, commune de Khossanto, zone aurifère située dans la région de Kédougou (Sud-Est), s’est effondré faisant trois (03) morts et trois blessés officiellement, selon le dernier bilan. Trois morts, dont deux Maliens d’origine et un autre de nationalité inconnue.
Il s’agit de Mamadou Sidibé, la trentaine environ,  Cole Bakhayoko, à peine 25 ans, et un autre dont l’identité reste inconnue.
Trois jeunes, qui n’ont pu s’empêcher de descendre dans une mine laissée grandement ouverte par la Sabodala Gold Cooporation, (SGO). En effet, Le gisement de Gora, comme ils l’appellent, n’est pas un site d’orpaillage comme les autres. C’est un gisement satellite. Il a donc  la particularité d’avoir été au préalable exploité par la SGO de 2015 à 2018. Il a, à cet effet, fait l’objet d’une étude d’impact environnemental et social, incluant un plan de réhabilitation et de fermeture du site, conformément aux exigences légales applicables au Sénégal, en vertu du Code minier et du Code de l’Environnement.  L’exploitation du gisement satellite de Gora ayant pris fin en juillet 2018, a entraîné l’arrêt effectif des opérations minières sur le site, la SGO se devait dès lors de démarrer la phase intensive des activités de réhabilitation et de fermeture. En d’autres termes, la SGO aurait dû, sans condition aucune et sans aucune rencontre avec une quelconque autorité ou avec une quelconque population, procéder à la fermeture du site. Elle se devait juste, après avoir trouvé ce qu’elle était venue chercher, c’est-à-dire de l’OR, procéder à la fermeture  du site et le reboiser conformément au code minier et au code forestier, au lieu de laisser sur place un tombeau à ciel ouvert. Ce qui, cinq mois après la fin de leur exploitation n’a toujours pas démarré, contrairement à ce que le Directeur Général de la SGO a affirmé dans un communiqué scandaleux paru après le décès des trois jeunes. Et le Gouverneur de la Région de Kédougou dans cette affaire ?  Il aurait, le 24 août 2018, pris un arrêté portant création d’un Comité Régional de Coordination du Plan de Réhabilitation et de Fermeture de la Mine.
Avait-il mis en place un comté de suivi ? D’autant que,  le lundi 28 mai 2018 au Ministère des Mines et de la Géologie, s’est tenue une réunion de coordination sur le Plan de Réhabilitation et de Fermeture de la mine. C’est dire que la Ministre des Mines et de la Géologie, savait que la tentation était grande de voir les milliers d’orpailleurs présents dans la zone aller se jeter dans « une mine presque parfaite. »
Et ça la SGO, l’administration territoriale et le Ministère des Mines et de la Géologie le savaient très bien… Une chose est avérée, la SGO n’a pas  respecté les lois en vigueur dans ce pays et le Ministère de Mines  a failli dans sa mission de  les faire respecter. Pour le moment Trois jeunes sont morts, parce que les lois du Sénégal n’ont pas été respectées. A qui la faute ? Accusés, levez-vous !

Yafata




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *