PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

COVID-19/Reprise des cours: POUR OU CONTRE LE 02 JUIN ! (Dr Boubacar SIGNATE)

Si rien n’est définitivement établi à propos de la contagiosité des enfants, la tonalité a franchement changé depuis quelques jours, basée sur des données factuelles.Au début de l’épidémie, un rôle majeur leur était attribué dans la propagation de l’épidémie. Leur réputation de réservoirs à microbes se fondait alors sur ce que l’on observe en cas d’autres infections, de la grippe en particulier. Mais le Covid-19 n’est pas une grippe, maintenant on le sait. 

– Comment se comporte le virus face aux enfants, des petits aux adolescents ?
1- MOINS FRÉQUENT 
– Ils sont moins de 1% à être malades, alors qu’ils représentent en moyenne 20% de la population selon les pays. Même lorsqu’ils sont au sein de foyers épidémiques, ils ne dépassent pas les 6,7% (pour les moins de 10 ans) et les 13,7% de la population générale (pour les ados).
– Les chiffres du Centre américain des maladies (CDC) montrent une inégale répartition : près du tiers des cas pédiatriques recensés surviennent chez les 15-17 ans (32 %), suivis par les 10-14 ans (27 %). 
– Ces taux sont quasi divisés par deux chez les plus jeunes : 15 % chez les 5-9 ans et 11 % chez les 1-4 ans. 
2- MOINS MÉCHANT 
– Les symptômes sont généralement plus légers que chez les adultes, 90 % des cas sont bénins : des formes légères (infection respiratoire haute, fièvre), modérées (toux, pneumonie mais pas de difficultés à respirer) voire asymptomatiques. 
– Chez les personnes hospitalisées, 0,4 % ont moins de 15 ans et c’est encore moins en réanimation.
3 – MOINS BRUYANT
– Lors de tests diagnostiques systématiques dans des familles atteintes, 28 % des enfants positifs étaient asymptomatiques : les tests montraient bien qu’ils étaient malades mais ils n’en présentaient aucun signe notable, contre 50% des adultes.
4 – CONTAGIOSITÉ SANS DOUTE MOINDRE. 
– ils présentent un taux d’infection qui varie entre 25,9 % et 30% au sein d’établissement qui en comptaient pour 41% (élèves enseignants et autres personnels ) mais on ne trouvait que 11% seulement chez les proches des lycéens (parents, frères et sœurs). 

Le droit à l’éducation, à la santé et à des soins spécifiques en cas de handicap, sont des droits fondamentaux des enfants, sans distinction.

dr Boubacar SIGNATE




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *