PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Réflexion sur la sociologie de l’éducation de nos enfants au Sénégal.


Aujourd’hui, je viens vous parler d’un phénomène qui affectera, négativement, à jamais sur l’avenir de la plupart des enfants sénégalais. Il s’agit de la tendance des jeunes couples à vouloir éduquer leurs enfants avec la langue française.  
C’est une chose dangereuse et irrationnelle d’autant plus que d’après plusieurs sociologues on ne peut devenir intelligent et décomplexé qu’avec notre langue maternelle. Quand je parle de langue maternelle, surtout au Sénégal, je fais souvent allusion au wolof pour une bonne partie des sénégalais et des autres langues plus parlees dans quelques contrées du pays. Pourquoi parler la langue maîtrisee à son enfant ? Un mot au delà de sa signification basique, c’est tout un processus qui se cache derrière sa signification par exemple si nous prenons le mot wolof « araw » combien de sénégalais savent la signification en français. Donc si on ne parvient pas à l’expliquer à son enfant comment pourrait-il comprendre l’objectif de ce mouvement de travailler la farine de mil pour aboutir à la bouillie ou au coucous. Et il existe tant de choses dans notre culture qu’on ne pourrait pas expliquer à nos enfants en français,  et donc tant de choses qu’on évitera de mentionner et tant de choses qui finiront par disparaître dans le processus d’affirmation de notre senegaleite avant notre africanite. Ce qui sera un dommage désastreux sur l’éternel rendez-vous des confrontations socioculturelles et économiques, dont il faut être vraiment outille pour ne pas disparaître ou devenir à jamais un spectre mélancolique errant. 
Arrêtons de confondre parler la langue française  et être bon à l’école. L’intelligence sur la langue française qui permet à l’enfant d’être à l’aise à l’école se forge à travers la lecture, la curiosité intellectuelle. Malheureusement, la majeure partie des parents qui parlent le français, à leurs enfants, n’ont aucun livre chez eux et ne lisent même pas. 
Et je me demande dans un continent ou chacun rêve de se départir de la tutelle occidentale comment peut on hypothéquer, à un tel niveau, l’avenir de tout une génération. 
A ce rythme mieux vaut redevenir protectorat français que d’aspirer à la création du modèle sénégalais, africain de Samory Toure, Serigne Touba, de Cheikh Anta Diop… sur toutes les dimensions de l’échelle culturelle. 
Des sénégalais qui n’ont jamais été éduquées avec la langue française, étant tout petit, et pourtant qui enseignent dans les lycées en France on en ramasse à gogo.  
L’homme ne peut devenir intelligent, décomplexé qu’en se forgeant dans l’univers de son environnement authentique.. 
« Le langage du savoir » est la langue la plus parlée au monde et on l’apprend avec la langue maternelle. 

Madior Ly  
Doctorant université Paris Seine 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *