SUNUGOX.INFO

Search
Close this search box.

Comprendre  les  contrats  pétroliers. (Par Mor  Ndiaye  Mbaye)  

Comprendre  les  contrats  pétroliers (par Mor  Ndiaye  Mbaye)

 

Introduction    

Pendant  très  longtemps  les  contrats  pétroliers  ont  été  une  nébuleuse,  les   gouvernements  des  pays  qui  en  disposaient  invoquaient  des  raisons  de  sécurité   nationale  tandis  que  les  compagnies  affirmaient  que  les  enjeux  commerciaux  les   empêchaient  de  les  rendre  publics.  Actuellement  beaucoup  de  législations  nationales   ont  décidé  de  les  rendre  publics  au  vu  de  l’intérêt  qu’ils  suscitent  pour  leurs  opinions   nationales  au  point  de  les  mettre  dans  des  bases  de  données  consultables  sur   Internet.  La  création  en  2002  de  l’Initiative  pour  la  Transparence  dans  les  Industries   Extractives  (ITIE)  a  beaucoup  concouru  à  mettre  en  exergue  l’importance  de  la   transparence  et  de  l’éthique  dans  la  gestion  de  ces  ressources.  Néanmoins  les   citoyens  restent  toujours  très  peu  informés  des  détails  contenus  dans  ces  contrats  et   continuent   de   nager   dans  le  flou  instauré  par  cette  longue  culture  de  l’omerta   exacerbée  par  la  complexité  de  certaines  dispositions  qui  semblent  être  la  chasse   gardée  des  spécialistes  et  autres  experts  de  la  question.  Cette  situation  a  même   affecté  certains  pays  où  les  démembrements  de  la  même  administration  ignoraient   tout  de  ce  qui  se  passait  chez  eux.     Le  but  de  cet  article  est  de  participer  à  lever  un  coin  du  voile  sur  certaines  questions   soulevées  ça  et  là  sur  les  contrats  pétroliers  signés  par  l’Etat  du  Sénégal  et  ce  que   nous  sommes  en  droit  d’attendre  légitimement  comme  ressources  à  utiliser  dans  nos   politiques  de  développement  économique  et  social.  Sans  aucune  prétention  d’être  un   quelconque  expert  en  la  matière  encore  moins  un  fiscaliste  chevronné  maitrisant  les   subtilités  des  textes,  j’ai  juste  fait  ce  qui  est  à  la  portée  de  n’importe  quel  intellectuel   c’est  à  dire  éplucher  les  différents  textes  qui  constituent  notre  arsenal  juridique  y  relatif   et  tenter  d’en  extraire  les  grandes  lignes  peu  rébarbatives  et  qui  ne  font  appel  à  aucune   expertise  pointue.  Du  coup  je  pense  pouvoir  bénéficier  de  l’indulgence  et  de  la   clémence  des  sachants.

  Quelques  Généralités  

Le  pétrole  est  une  ressource  qui  se  forme  par  décomposition  de  débris  organiques  qui   passent  par  un  processus  de  sédimentation  sur  des  centaines  de  millions  d’années   dans  des  roches  poreuses  appelées  réservoirs.     Les  opérations  d’exploration  et  de  recherche  permettant  de  détecter  sa  présence  se   font  par  le  biais  de  sondes  sismiques  2D  ou  3D  très  profondes  et  de  forages  pouvant   aller  jusqu’à  3  km  dans  des  sous-­sols  rocailleux  sur  terre  ferme  (Onshore)  ou  mer   profonde  (offshore).
Son  usage  de  même  que  celui  de  ses  dérivés  est  fortement  incrusté  dans  notre  mode   de  vie  de  ces  temps  modernes  au  point  qu’il  serait  inimaginable  de  s’en  passer.   L’électricité,  les  différentes  sortes  de  carburant,  les  lubrifiants  divers,  le  gaz  butane,   les  bougies,  les  médicaments,  le  dentifrice,  le  nylon,  les  plastiques,  le  caoutchouc  ou   même  les  ordinateurs  sont,  entre  autres,  autant  de  produits  issus  du  pétrole  dont   l’usage  conditionne  très  fortement  notre  vie  au  quotidien.  C’est  pourquoi,  même  si  son   exploitation  industrielle  n’a  réellement  débuté  en  1859  plus  précisément  le  27  août  par   l’américain   Edwin  L.  Drake,   son  existence   est   connue   et   il  est   exploité   depuis   l’antiquité.

Etapes  d’un  projet  pétrolier  

Dans  un  projet  pétrolier  on  distingue  quatre  grandes  étapes  qui  sont,  L’exploration    afin   de  trouver  la  ressource,  le  développement  de  l’infrastructure  permettant  de  l’exploiter,   l’exploitation  elle-­même  (production,  utilisation  et  vente)  et  enfin  la  fermeture  du  site  et   son  nettoiement  (démantèlement  des  installations  et  leur  mise  hors  service).

    Le  contrat  pétrolier

De  manière  très  simpliste,  c’est  le  dispositif  par  lequel  le  gouvernement  d’un  pays   accorde  des  droits  juridiques  à  une  compagnie  pétrolière  pour  mener  des  activités  de   recherche  et  d’exploitation.  Il  détermine  entre  autres  les  obligations  de  cette  dernière.   Il  existe  à  travers  le  monde  sous  plusieurs  appellations:  Contrat  pétrolier,  Accord   d’exploration  (de  prospection)  et  de  production  (E  &  P),   Contrat  d’exploration  et   d’exploitation,  Concession,  Accord  de  licence,  Accord  de  partage  du  pétrole  (APP),   Contrat  de  Recherche  et  de  Partage  de  Production  (CRPP),  etc.  Mais  on  peut  tous  les   regrouper  selon  trois  principaux  types:

–   La  Concession  dans  laquelle  la  compagnie  est  propriétaire  du  pétrole  dans  le   sous-­sol  ;;

–   Le  Contrat  de  Partage  de  Production  qui  confère  à  la  compagnie  la  propriété   d’une  partie  du  pétrole  une  fois  qu’il  est  extrait;;

–   Le  contrat  de  Service  pour  lequel  la  compagnie  est  juste  rémunérée  pour  ses   services.

  Le  régime  pétrolier

Plus  généralement  les  contrats  pétroliers  font  partie  d’un  ensemble  complexe   composé   de   lois  et  règlements  qui  les  régissent  ;;  c’est  cet  ensemble  de  textes   juridiques  relatifs  au  pétrole  dans  un  pays  donné  qui  est  appelé  «régime  pétrolier».  Il   s’agit  d’un  système  structuré  hiérarchiquement  qui,  généralement,  débute  par    la   Constitution  du  pays  concerné  et  comporte  les  lois  en  vigueur  (Code  pétrolier),  les   règlements  (décrets),  les  contrats,  et  les  différents  accords  d’association.

Le  modèle  sénégalais  

Dans  le  modèle  sénégalais  on  retrouve  la  Constitution  qui  dans  son  article  25-­1     stipule  :    «  Les  ressources  naturelles  appartiennent  au  peuple.  Leur  exploitation  et  leur   gestion  doivent  se  faire  dans  la  transparence…  »  ;;  le  Code  pétrolier  (Loi  98-­05  du    08   janvier  1998)  ;;  le  contrat-­type  de  recherche  et  de  partage  de  production  et  enfin   l’accord-­type  d’association  qui  regroupe  la  ou  les  compagnies  et  PETROSEN  qui dispose  dans  tous  les  contrats  de  10%  de  parts  portées  en  phase  d’exploration  (elle   ne  participe  à  aucun  investissement)  avec  une  possibilité  d’accroissement  jusqu’à  20%   en  phase  d’exploitation  (en  cas  de  découverte  bien  entendu).

Les  gains  pour  le  pays  

Tout  d’abord  il  est  important  de  préciser  que  les  bénéfices  et  avantages  tirés  de   l’exploitation  des  ressources  pétrolières  et  gazières  ne  sont  pas  que  financiers.  On   peut  en  citer  de  manière  non  exhaustive  :  les  recettes  directes  (parts  de  l’Etat),  les   impôts  et  taxes,    un  taux  de  croissance  économique  amélioré,  le  développement  des   infrastructures,  une  stabilité  politique,  un  transfert  de  technologie,  un  meilleur   approvisionnement  du  pays  en  produits  pétroliers  et  gaziers,  le  développement  d’un   écosytème  du  pétrole  et  du  gaz  (industries  dérivées),  une  employabilité  améliorée,  le   développement  d’une  industrie  de  service  source  de  devises,  etc.

Les  revenus  financiers  

La  signature  du  contrat  donne  droit  annuellement  à  PETROSEN  à  un  certain  nombre   de  revenus  (à  discuter)  que  sont  :  le  Bonus  de  signature,  le  loyer  superficiaire  calculé   au  km  carré  concédé,  les  frais  de  formation,  la  subvention  pour  actions  sociales,  les   frais  de  promotion,  et  les  dotations  pour  équipements.     En  plus  de  ces  revenus  perçus  par  PETROSEN,  il  y  a  en  cas  de  découverte  à   proprement  parler,  ce  que    l’Etat  est  en  droit  d’attendre  de  ses  ressources  et  qu’on   peut  appeler  «  revenus  pétroliers  ».  Ils  sont  de  nature  différente  et  comportent  une   redevance  sur  la  production,  les  parts  directes  de  l’Etat  dans  le  partage  du  profit-­oil,   les  impôts  et  taxes  perçus  sur  les  investissements  de  développement,  d’exploitation   et  les  Opex  (fonctionnement),  les  impôts  et  taxes  sur  les  bénéfices  des  compagnies  et   enfin  les  parts  détenues  par  PETROSEN.  A  cela  s’ajoutent  les  impôts  et  taxes  perçus   sur  les  opérations  de  cession  de  parts  entre  compagnies.  Il  faut  distinguer  deux  types   de  cession:

–   Celles  en  phase  de  recherche  assimilées  à  des  cessions  d’engagements  ne   pouvant  donner  droit  à  aucun  impôt  puisque  ne  générant  pas  de  flux  financier   donc  pas  de  profit.  Ici  la  compagnie  titulaire  d’un  contrat   comportant   un   ensemble  d’engagements  d’investissement  garanti  par  caution  bancaire   exécutable  en  cas  de  défaillance,  va  chercher  une  autre  avec  laquelle  partager   le  risque  financier  en  lui  cédant  des  parts..  Prétendre  que  l’Etat  aurait  un   manque  à  gagner  financier  sur  ces  types  d’opérations  est  une  hérésie.

–   Celles  d’après  découverte  :  là  par  contre  la  plus-­value  sur  cession  est  calculée   sur  la  base  des  investissements  consentis  depuis  le  début  et  les  évaluations  extrêmement  complexes  de  la  volumétrie  du  gisement  découvert  valorisée  à   des  coûts  actualisés  ou  projetés  (à  déterminer)  du  baril.  Naturellement,  le  cas   échéant,    un  impôt  appliqué  sur  le  montant  de  cette  plus-­value.

La  redevance  d’exploitation  

L’article  41  de  notre  code  pétrolier  stipule  qu’en  cas  de  découverte  et  d’exploitation,   une  redevance  est  tout  de  suite  perçue  par  l’Etat.  Les  taux  applicables  sur  les   productions  de  pétrole  brut  ou  de  gaz  naturel  sont  fixés  comme  suit  :  2%  à  10%    sur   les  hydrocarbures  liquides  exploités  à  terre  (onshore);;  2%  à  8%  sur  les  hydrocarbures liquides  exploités  en  mer  (offshore):  2%  à  6%  sur  les  hydrocarbures  gazeux  exploités   à  terre  ou  en  mer.  Le  montant  de  cette  redevance  ainsi  que  les  règles  d’assiette  et  de   recouvrement  sont  précisés  dans  la  convention.

  Cost  oil  et  profit  oil  

Les  contrats  prévoient  qu’en  cas  de  découverte  un  pourcentage  du  revenu  global   après  prélèvement  de  la  redevance  de  production  est  réservé  au  remboursement  des   investissements  consentis  depuis  le  début  des  opérations  (CAPEX)  majorés  des  frais   de  fonctionnement  de  la  compagnie  (OPEX)  :  c’est  ce  qu’on  appelle  le  cost  oil,  (son   taux  étant  le  cost  stop)  naturellement  le  reste,  appelé  profit  oil  représente  la  cagnotte   à  partager  entre  l’Etat  et  la  ou  les  compagnies  en  association  avec  PETROSEN.  La   clé  de  partage  de  cette  cagnotte  est  une  fonction  proportionnelle  au  niveau  de  la   production  journalière  de  pétrole  ou  de  gaz,  elle  est  établie  par  tranche  (Souvent  5)  et   plus  la  production  journalière  augmente  plus  les  parts  de  l’Etat  sont  consistantes.

Revenus  indicatifs  globaux  de  l’Etat

Comme  on  le  voit  l’Etat  qui,  faute  de  moyens  financiers  colossaux    à  risquer  dans  des   investissements  lourds  et  peu  sûrs  (plus  de  600  milliards  de  francs  CFA  investis  dans   la  recherche  depuis  le  début),  n’a  investi  le  moindre  franc  dans  la  prospection  des   ressources  pétro-­gazières  va  très  certainement  se  retrouver  avec  des  revenus   extrêmement  importants  qu’il  faille  aujourd’hui  mettre  à  profit  intelligemment  et  avec   parcimonie  dans  nos  stratégies  de  développement économique  et  social  actuelles  et   futures  pour  le  bien  de  la  Nation  toute  entière.     Ces  revenus  comportent  la  redevance  de  production  décrite  plus  haut,  les  impôts  et   taxes  sur  le  cost  oil  et  les  éventuelles  opérations  de  cession  de  parts  après  découverte,   les  parts  directes  dans  le  partage  du  profit  oil,  les  parts  détenues  par  PETROSEN   (entre  10  et  20%  des  parts  de  l’association)  et  les  impôts  à  prélever  sur  les  parts   définitives  des  compagnies  au  titre  de  l’impôt  sur  les  bénéfices  des  sociétés.  En   somme  l’Etat  tire  en  moyenne  entre  55  et  70  %  des  revenus  pétroliers  selon  les   niveaux  de  production  journalière  sur  l’ensemble  des  contrats  signés  à  ce  jour.

Conclusion  

Comme   dans  un   autre  article  de  presse  que  j’ai   publié  récemment,  vantant   la   pertinence  du  dialogue  national  sur  l’utilisation  de  ces  ressources,  auquel  nous  convie   Monsieur  le  chef  de  l’Etat,  un  large  consensus  incluant  toutes  les  franges  de  notre   société  est  obligatoire,  parce  que  nécessaire  aux  choix  à  opérer  pour  une  parfaite   réussite  des  objectifs  visés  à  cette  fin.

Mor  Ndiaye  Mbaye

Ex.    DirCab  Ministère  de  l’Energie

Morfattah.blogspot.com

Morfattah@gmail.com

Partager