Télécommunications/Sonatel:  1086,6 milliards de chiffre d’affaire en 2019 , soit un bond en avant de 6,3%.

Sonatel a encore tiré son épingle du jeu en 2019, malgré  la crise politique et économique à Bissau, le contexte sécuritaire précaire dans le nord du Mali, les mouvements de contestation politique en Guinée, la morosité économique en Sierra Leone et les évolutions défavorables de l’environnement concurrentiels et réglementaire au Sénégal.Dans ces six pays, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires global s’élevant à 1086,6 milliards, en hausse de 6,3% (+64,6 milliards) par rapport à 2018. « Cette croissance est tirée par tous les pays du groupe avec les contributions principales du Sénégal, de la Guinée et du Mali », précise le rapport. La hausse de ce chiffre d’affaires est due aux revenus de l’activité mobile qui représentent 80,1%, soit 870 milliards et portant principalement sur les relais de croissance, c’est à dire le data mobile et le service Orange Money. Selon Sonatel, « ces derniers constituent l’essentiel de la croissance du chiffre d’affaires et progressent respectivement de 33% et 24% par rapport à 2018 ».Cependant, avec 77,7 milliards, le chiffre d’affaires sur l’entrant international a enregistré un recul de 2 points. Une même dynamique est constatée avec le revenu des activités fixes. Celui-ci se chiffre à 24,3 milliards en 2019 et poursuit sa baisse avec -8,2% (1,8 milliard) comparé à 2018. Le Sénégal porte la quasi-totalité ce chiffre d’affaires avec 23,6 milliards.Le chiffre d’affaires sur l’interconnexion nationale s’élève à 26,4 milliards et enregistre aussi une baisse de -3,5 milliards, soit -11,6% portée principalement par le Mali et le Sénégal, mais amorties par les hausses notées en Guinée et en Sierra Leone.Pendant ce temps, les revenus de l’Internet fixe et des données se chiffrent à 65,3 milliards (dont 66% au Sénégal et 28,2% au Mali) et représentent 6% du chiffre d’affaires. Par rapport à 2018, ils augmentent de 13,8%.« Les autres revenus avec 9 milliards en 2019 baissent de 1,2 milliard par rapport à 2018 principalement sur le roaming opérateurs et la vente de capacité au Mali et au Sénégal », indique t-on dans le document.

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *