full screen background image

Port de Ndayane : le MPEM Alioune NDOYE livre plus de détails

« Les deux premières phases du projet estimées globalement à 1.127 millions de dollars »

En conférence de presse ce vendredi, le ministre des pêches et de l’économie maritime a voulu mettre fin à certains débats hasardeux sur le coût des travaux du futur port de Ndayane qui, pour le financement de la première phase est exclusivement porté par Dubaï Port World.

Alioune Ndoye précise qu’en estimation, le projet a coûté dans sa première phase 837 millions de dollars et dans sa deuxième phase, 290 millions de dollars soit 1.127 millions de dollars. Un projet qui, selon le ministre des pêches et de l’économie maritime, constituera le Hub portuaire que le président Macky Sall veut mettre à la disposition du Sénégal.

« Ce sera le port le plus important de la sous-région, qui nous permettra d’accueillir les plus gros navires »,  se réjouit d’ores et déjà le ministre qui faisait face, avec ses collègues ministres, à la presse ce vendredi à l’occasion de la reprise du « gouvernement face à la presse ».

« 3.000 emplois déjà pour la phase initiale, 25.000 envisagés sur la plateforme portuaire, plus de 100.000 sur la phase logistique… »

Les populations seront donc bien prises en compte avec la construction du port de Ndayane qui fera inéluctablement des « désagréments ». Ainsi, les impactés peuvent être rassurés avec les engagements du président Sall lors de la pose de la première pierre du projet portuaire.  

Cette fois-ci, c’est le ministre des pêches et de l’économie maritime qui informera sur la date qui verra tous les impactés être remboursés jusqu’au dernier centime. « L’État du Sénégal est bien engagé pour que ces impactés ne soient pas lésés. Ils devront au plus tard fin février être dédommagés », informe le ministre.

Pour ce qui est de la portée économique, le ministre informe que 3.000 emplois ont été déjà enregistrés pour la phase initiale, 25.000 envisagés sur la plateforme portuaire et plus de 100.000 sur la phase logistique. En plus, il est à préciser  qu’un centre de formation aux métiers portuaires va être construit pour permettre aux citoyens sénégalais de travailler dans cette infrastructure dans laquelle le Sénégal détient 40%.

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.