MCA- Sénégal II/Transport d’électricité:  un projet de 220 milliards de FCFA qui devrait profiter à…

La visite des membres du Conseil de Surveillance (CS) de MCA-Sénégal II au niveau de la centrale du Cap des Biches et du Poste de Diass s’inscrit dans le cadre d’un programme global de retraite du CS. L’objet de cette visite est de favoriser une meilleure compréhension des projets du Compact par les membres CS afin de les renforcer dans leurs prérogatives en matière de supervision du Programme.

Au niveau de la centrale électrique du Cap des Biches il sera réalisé les activités suivantes :

  • Un (1) nouveau bâtiment industriel
  • Un (1) nouveau poste 225 kV isolé au gaz (GIS)
  • Deux (2) transformateurs de puissance 225/90 kV – 200 MVA
  • Le raccordement sur le poste GIS 90 kV existant

Au niveau du poste de Diass il est prévu :

  • Le remplacement des deux (2) Transformateurs de puissance 40 MVA par des 80 MVA
  • L’ajout d’une travée réactance 225 kV – 20 MVAR
  • Le renouvellement du tableau 30 kV existant.

Le Projet Transport renforcera les efforts déjà déployés par l’Opérateur, Senelec, afin de réduire le coût élevé de production et de faciliter les investissements du secteur privé dans la production d’électricité à travers la construction d’un réseau fiable de transport haute tension à Dakar et ses environs.

Le Projet comprend la construction d’environ 30 km de lignes de transport souterraines de 225 kV et de 16 Km de câble sous-marin de 225 kV, les nouveaux postes GIS 225 kV de Bel Air et Cap des biches, le renforcement de la capacité de transformation de quatre postes-sources, et la construction d’un système de télédélestage automatisé.

Le Projet Transport renforcera et augmentera la fiabilité du réseau de transport haute tension de Senelec à Dakar et ses environs, une zone qui représente environ 60 pour cent de la demande nationale en électricité et 20 pour cent de sa population, et améliorera la fourniture de l’électricité à travers le pays.

Avec un budget de 220 milliards de FCFA environ, ce projet, mis à œuvre dans les régions de Dakar, Thiès et Diourbel, devrait profiter à environ 4,6 millions de Sénégalais sur une période de vingt ans.

Le Projet Transport est conçu pour permettre également au Sénégal de tirer profit de façon plus efficace, des investissements du secteur privé dans la production d’électricité et de veiller à une fourniture fiable de l’électricité aux consommateurs.

Dénommé Senegal Power Compact, le Compact d’électricité de MCC pour le Sénégal a été 10 décembre 2018 et est entré en vigueur le 9 septembre 2021. Il comprend un don d’investissement de 550 millions de dollars américains de la part des États-Unis d’Amérique et une contribution supplémentaire de 50 millions de dollars américains du Gouvernement du Sénégal pour un investissement global de 600 millions de dollars américains.

D’une durée de cinq (5) ans (9 septembre 2021- 9 septembre 2026), le Senegal Power Compact a pour objectif de réduire la pauvreté au Sénégal par la croissance économique, à travers l’amélioration de la fiabilité du réseau, l’élargissement de l’accès à l’électricité, et l’appui au Gouvernement du Sénégal à établir un socle solide et moderne sur lequel le secteur de l’électricité du pays peut reposer pour se développer.

Ce Compact fera l’objet d’un travail de partenariat pour lever les contraintes majeures à la croissance économique : le coût élevé de l’électricité, le faible accès à l’électricité en dehors de Dakar et la non-fiabilité de l’électricité pour les consommateurs.

En plus du Projet Transport d’électricité, le Senegal Power Compact, comprend deux autres Projets. Il s’agit notamment du Projet Réforme et du Projet Accès.

  • Projet Accès : L’objectif du Projet Accès est d’élargir le réseau électrique dans zones rurales et périurbaines sélectionnées dans les régions du Sud et du Centre du Sénégal, qui ont un potentiel économique élevé avec un nombre faible de ménages raccordés;
  • Projet Réforme : Le Projet Réforme appuiera les efforts du gouvernement du Sénégal pour l’amélioration de la gouvernance et de la viabilité financière globales du secteur de l’électricité, et la création d’un environnement durable afin de satisfaire la demande croissante des entreprises et des consommateurs, et de promouvoir les investissements du secteur privé.

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.