PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

Kolda/Campagne de commercialisation de l’anacarde : La DER/FJ injecte près d’un milliard.

Ce vendredi 26 juin, Kolda a reçu la Délégation générale à l’Entrepreneuriat rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ), après Ziguinchor et Sédhiou. Ici, le Délégué général de la DER est venu également pour, non seulement rencontrer les acteurs de la région dans le cadre de la campagne de commercialisation de l’anacarde 2020, mais aussi pour constater sur le terrain les opérations d’achat, de stockage et d’exportation de noix d’acajou. Il s’agit également de voir comment accompagner les acteurs dans la transformation de la matière première afin de produire de la valeur ajouté et créer des emplois au bénéfice des femmes et des jeunes de la Casamance. Car, la région compte 13 unités de transformation et de conditionnement de noix de cajou, selon les acteurs.
Sur place, le Délégué général de la DER, Papa Amadou Sarr, accompagné de Boubacar Konta, président du Cadre régional des acteurs de la filière anacarde de Kolda et du collège national des commerçants du Sénégal, a visité le magasin de stock pour exportation de noix de cajou brute d’un jeune exportateur, l’unité de transformation et de conditionnement de noix d’anacarde du GIE NEMA Fouladou de Kolda et des entrepôts de stockage du ministère du Commerce de Kolda, avant de se rendre à la Gouvernance avec sa délégation pour rencontrer le maître des lieux.


Près d’un milliard injecté à Kolda pour la présente campagne

Libasse Dia est le président des commerçants exportateurs d’anacarde de la région de Kolda et propriétaire du magasin de stock pour l’exportation de Kolda. Il a reçu un financement de la DER dans le cadre de ladite campagne de commercialisation d’anacarde. Et il a profité de l’occasion pour remercier vivement la DER. «Permettez moi de remercier la DER qui, cette année, a accompagné la filière anacarde, particulièrement pour la création d’emplois. Parce que, pour une première, on achète le produit ici à Kolda, on le traite ici et on l’exporte à partir de Kolda. Et c’est grâce à la DER, qui nous a octroyé des financements, que nous sommes parvenus à faire tout cela ici à Kolda», a-t-il soutenu.
Il ajoute : «Aujourd’hui, les exportateurs ont été financés ainsi que les collecteurs de noix de cajou. Et je rappelle qu’à ce jour, sur les 37 dossiers que nous avons déposés, les 35 ont été validés et 24 ont déjà reçu leur financement d’un montant global de 141 millions de francs. Les 11 restants sont en cours de décaissement pour une enveloppe de 60 millions de francs Cfa. Et les deux autres dossiers sont en instruction et leur montant est de 100 millions. Ce qui fait un total de 300 millions de francs Cfa en faveur des collecteurs de noix de cajou de Kolda».
Pour les exportateurs, Libasse Dia de faire savoir qu’ils ont bénéficié d’un financement global de 600 millions de francs Cfa.


«La DER a permis de booster la filière et de créer des emplois»

A en croire le jeune opérateur économique, «la DER a permis aujourd’hui de booster la filière anacarde et de créer des emplois à Kolda car, ce financement lui a permis d’entreprendre et d’employer journalièrement plus d’une trentaine de jeunes» au tour de son business. Et grâce à ce financement, il a pu collecter, en un temps record, 500 tonnes de noix brute de cajou.


«Moderniser et équiper davantage les unités existantes»
La DER a également décidé d’accompagner d’autres acteurs de la région qui n’ont pas encore pu bénéficier de son financement. C’est le cas de l’unité de transformation et de conditionnement de noix d’anacarde du GIE NEMA Fouladou de Kolda. Ici, elle a promis de reprendre les installations, moderniser et équiper davantage les lieux au profit des propriétaires.
12 milliards mobilisés pour les trois régions de la Casamance

La noix de cajou est une ressource importante pour la région naturelle de Casamance. Selon des sources, elle occupe plus de 30 à 40% de la population et 7 mois d’activité dans l’année. Et c’est une activité qui continue régulièrement. D’où la nécessité d’accompagner les acteurs.
C’est pourquoi, cette année, dans le cadre de la campagne de commercialisation de l’anacarde, la DER, en partenariat avec des banques sénégalaises, à savoir : la BNDE, le CMS, le PAMECAS et la Banque agricole du Sénégal, a pu injecter une enveloppe de 12 milliards de francs Cfa. Ce, pour accompagner les producteurs, collecteurs, exportateurs et transformateurs de la noix de cajou des régions de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda.
L’institution publique compte faire mieux également. «La DER envisage d’accompagner davantage les acteurs de la filière de toute la région, notamment les femmes et les jeunes, à pourvoir exporter et transformer les noix de cajou mais aussi à mettre en place des hangars pour le stockage du produit et des unités modernes de transformation», a souligné le Délégué général.
700 millions prévus pour accompagner les unités de transformation 
Par rapport à la question de la transformation du produit, Papa Amadou Sarr renseigne que son institution a engagé déjà une enveloppe de près de 600 à 700 millions de francs Cfa destinée uniquement à accompagner les unités de transformation et de conditionnement de noix d’anacarde de Ziguinchor, Sédhiou et Kolda. Cela permettra, pour lui, de produire de la valeur ajoutée parce que, le kilogramme de la noix de cajou brute est vendu aujourd’hui à 400 francs Cfa alors que si elle est transformée, il est à 4000 francs Cfa.
Il précise que la DER est d’ailleurs en discussion avec des personnnes au Vietnam et en Inde pour avoir «les meilleurs décortiqueuses et les machines les plus performantes» afin de faciliter le travail et diminuer les interventions humaines sur une partie de la chaîne.   
Accompagnement dans l’exportation du produit

Au-delà de la production et la transformation, la DER aide également les acteurs à trouver des marchés pour exporter le produit non seulement dans la sous-région mais aussi en Europe et en Asie. Et selon le Délégué général, l’objectif de la DER est de faire en sorte que les conteneurs destinés pour l’Europe puissent partir avec des noix de cajou déjà transformées et prêtes pour la consommation.

seneweb




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *