PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

KOLDA : atelier de partage et d’informations des élus locaux avec le PADAERII.

Dans le souci de mieux vulgariser ses programmes et informer sur ses objectifs, le PADAERII a organisé un atelier d’informations et de partages avec les élus locaux. Au cours de cette rencontre, les maires des collectivités territoriales se sont d’abord félicités de la rencontre avant de décliner leurs soucis liés au manque d’informations sur projet.

Pour rappel, les activités du projet ont été un peu freinées par la pandémie à coronavirus occasionnant un déficit d’informations entre le projet, les bénéficiaires et les acteurs. 

Pour Abdoul Latif Diallo chef d’antenne du PADAERII à Kolda « nous nous félicitons de ces échanges avec les maires puisque cela nous a permis d’être au même niveau d’information. Il faut reconnaitre que la pandémie à coronavirus, invitée surprise, a freiné la sensibilisation sur les activités du projet.» 

A travers cet atelier, l’objectif a été de présenter les opportunités offertes par le PADAERII en matière d’emplois dans ses filières accompagnées. Ces filières sont entre autres céréalière (maïs, fonio, riz), le maraîchage, l’élevage. A ce titre, le projet s’inscrit dans l’amélioration de l’offre de produits agricoles à travers des organisations paysannes formelles pour une sécurité alimentaire afin de réduire le chômage et la faim. C’est pourquoi, le PADAERII compte dans ses activités toucher 44500 ménages pour une estimation de 445 mille personnes.

Ainsi pour atteindre cet objectif, il passe par la création de 37 mille exploitations agricoles familiales, la mise en place de 150 kits de pompages pour 300 hectares dans sa zone d’intervention (Matam, Tamba, Kédougou et Kolda). Mais également, la subvention des organisations paysannes et la formation sont des éléments fondamentaux dans la mise en œuvre des activités génératrices de revenus. 

Ces échanges avec les maires vont permettre certainement de faciliter la délibération pour l’affectation des terres aux bénéficiaires des populations pour mieux lutter contre le chômage dans leurs communes. Et cette situation pourrait limiter les départs à l’émigration clandestine. 

Madou DIALLO




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *