PUBLICITE

DU NOUVEAU

De qualité pour tous

Pour une éducation

Une coalition

« Il faut prévenir la faim et l’insécurité des sénégalais. »UNIS

L’UNIS déplore le manque d’esprit de prévision du gouvernement et l’absence de plan pour assurer la stabilité sécuritaire et l’approvisionnement des ménages en produits de base, conditions sine qua non pour gérer la situation sanitaire qui  pourrait se dégrader avec le choc de la pandémie du coronavirus.
L’assurance de la stabilité sécuritaire commence par l’assurance d’un approvisionnement de base à tous les ménages sénégalais si la crise persiste et tend à bloquer le fonctionnement normal de l’économie pour finir par obliger des centaines de milliers de travailleurs à limiter leurs mouvements afin d’éviter la propagation du virus ou  en restant à domicile.  Son plan de sécurité, si existant,  devrait être déployé des maintenant sur l’ensemble du territoire pour garantir la protection de tous les biens et services ainsi que le déplacement sécurisé de tous.
La faim et l’insécurité causeront l’effondrement du système.
C’est seulement en assurant la stabilité  de ces deux impératifs que la gestion de la crise sanitaire aura une chance de réussir. C’est pourquoi, L’État du Sénégal doit prendre tout de suite les dispositions pour organiser le système de distribution des ressources alimentaires nécessaires aux ménages et non se baser sur le fonctionnement régulier du marché.   De ce point de vue, il doit commencer tout de suite à procéder à l’identification et l’enregistrement de tous les ménages, leur localisation et planifier les besoins par quartier, commune et région. Cet effort extraordinaire lui permettra d’être prêt à temps. 
Il n’est pas exclu d’aller vers un rationnement organisé qui aura l’avantage de ne pas favoriser des actes désespérés de survie. Les forces de l’ordre devraient être déployées pour appuyer ce travail avec l’assistance des enseignants. Il faut préparer  l’Etat d’urgence, dans l’ordre, la sécurité et la paix.
La BCEAO et les banques, sous l’instigation de l’Etat doivent tout de suite sécuriser 12 mois d’approvisionnement en produits alimentaires, produits sanitaires de base et en médicaments, en sus de ce que le secteur privé essaie de faire pour leur propre intérêt. Si les sénégalais ne sont pas rassurés, et bien approvisionnés, alors en cas d’aggravation de la crise, tous les commerçants, banques, services d’entreprise devront fermer  face à l’insécurité.   Une telle situation sera plus grave que la crise sanitaire, qui deviendra secondaire et sa gestion impossible . L’optimisme des autorités publiques est mal placé et dénote une naïveté qui doit être rectifiée. L’enjeu n’est de pas de sécuriser quelques secteurs, entreprises  et leurs employés avec des programmes d’appui sous forme de promesses, mais plutôt d’ASSURER aux ménages sénégalais  la garantie de les préserver de l’insécurité et de la faim. La sont les deux impératifs.
C’est possible. Il doit donc le faire.  Le Sénégal ne doit pas s’effondrer sous le poids de la naïveté et de l’incompétence. Il faut planifier le pire scénario pour le prévenir et le vaincre.


Amadou Gueye, président de l’UNIS.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *