Slide background

Filière de l’anacarde en Casamance: La DER/FJ tire un bilan et se projette

« Notre objectif c’est de mettre 6.000 tonnes de capacité entre Ziguinchor, Sédhiou et Kolda » (Papa Amadou Sarr, DER/FJ)

Le délégué général à l’entrepreneuriat rapide des femmes et des jeunes (DER/FJ), Papa Amadou Sarr, ambitionne de doter les régions sud du pays, notamment Ziguinchor, Sédhiou et Kolda, d’unités de stockage modernes et de chambres froides pour l’élargissement de la campagne de l’anacarde. « Notre objectif c’est de mettre 6.000 tonnes de capacité entre Ziguinchor, Sédhiou et Kolda et les ressources sont disponibles », a-t-il soutenu à l’occasion de son passage à Ziguinchor, le 29 avril.

Papa Amadou Sarr est en tournée dans cette partie sud du pays dans le but de dérouler une nouvelle démarche qui entend accompagner les producteurs à accroitre leurs revenus à travers d’une part, une structuration de leur organisation en sociétés coopératives, et d’autre part, à les appuyer à la commercialison de leur noix de cajou brute avec le Système de Récépissé d’Entrepôt de marchandises (SRE). Cette visite vise également à identifier de nouveaux sites d’implantation de nouvelles infrastructures de stockage dans les régions sud.

« Les femmes sont les plus travailleuses, les plus sérieuses, créatrices d’emplois » (Papa Amadou Sarr, DER/FJ)

Dans le cadre de sa tournée en Casamance pour évaluer la campagne 2020 de la filière de l’anacarde et ainsi jeter les bases de la prochaine campagne, le délégué général à l’Entrepreneuriat Rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ), Papa Amadou Sarr a rencontré, le 29 avril, les acteurs du secteur des régions de Ziguinchor et de Sédhiou. Au menu des échanges, les difficultés d’accès aux financements, l’identification des défis pour l’élargissement de la campagne de la filière anacarde. 10 milliards Fcfa ont été investis pour la campagne 2020, a confié le délégué général de la DER/FJ, Papa Amadou Sarr qui entend accompagner les jeunes, mais surtout les femmes dans la production, la transformation et la commercialisation de l’anacarde et ses dérivés, notamment la noix de cajou.

« Nous avons fait exprès cette discrimination positive pour accompagner la force vive que sont les femmes et jeunes », a-t-il expliqué pour prouver le ciblage de ces deux (2) catégories. Selon lui, 2 milliards Fcfa ont été mis à la disposition de la région de Ziguinchor uniquement. Il a ainsi profité de cette rencontre avec les acteurs du secteur pour rappeler les résultats effectués sur le plan national.

« 60 millards Fcfa ont été décaissés pour plus de 110.000 bénéficiaires. Les femmes constituent 75% des financements alloués », a-t-il fait savoir.

L’objectif principal de la tournée à Ziguinchor, Sédhiou et Kolda revient à identifier les contraintes dans la production, la commercialisation et l’exportation de la chaine de valeurs de la filière anacarde qui génère quelques 15 000 tonnes en moyenne par an.

les acteurs de la chaine de valeur magnifient le passage de la DER/FJ dans la partie sud.

Le président de la coopérative des jeunes de la Casamance pour la production, la transformation et la commercialisation de l’anacarde, Cheikh Mamadou Lamine Niass s’est réjoui du passage de la Délégation à l’Entrepreneuriat Rapide des Femmes et des Jeunes (DER/FJ) en Casamance pour impulser une nouvelle dynamique à la filière anacarde. À la tête de la coopérative implantée dans les trois (3) régions que sont Ziguinchor, Sédhiou et Kolda, Cheikh Mamadou Lamine Niass a plaidé pour l’accès rapide au financement des jeunes de cette partie sud du pays pour une meilleure production du produit.

À travers une rencontre d’échanges tenue jeudi à Ziguinchor, les acteurs du secteur ont fortement pris part au rendez-vous. Mamadou Talibé Diallo, président du Conseil régional de la jeunesse de Ziguinchor, Ibrahima Djité, maire de la commune de Djoudoubou (département de Goudomp) dans la région de Sédhiou et Khady Diouf, présidente de la section féminine de l’UNACOIS de Ziguinchor, ont retenu de ce passage de la DER/FJ une démarche novatrice. Ils ont plaidé pour un réel impact des investissements dans le secteur de l’anacarde et ont invité à la création et l’équipage des unités de transformation dans les régions sud du Sénégal.

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *