full screen background image

Covid-19/ transports aériens : Le Plan de Alioune SARR pour relancer le secteur.

Covid-19/ transports aériens : Le Plan de Alioune SARR pour relancer le secteur.

Le Ministre du Tourisme et des transports aériens, M. Alioune Sarr, a présidé ce mardi 05 Mai 2020, une réunion par vidéoconférence, avec tous les acteurs de la plateforme aéroportuaire de AIBD et des sites décentralisés, pour échanger sur le plan de résilience et de relance du secteur des transports aériens. Ainsi, pendant plus de 3 tours d’horloge, les acteurs des transports aériens, ont soumis au ministre l’ensemble de leurs préoccupations et lui ont soumis un ensemble de requêtes. Des préoccupations qui ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd, puisque le patron des transports aériens, a pris bonne note et a promis d’être leur avocat auprès du chef de l’État. Mais d’ores et déjà, le ministre a annoncé une enveloppe de 45 milliards dans le hub de Air Sénégal. Il s’agira pour l’État « d’avoir au Sénégal, une destination connectée adossée à une compagnie forte qui est Air Sénégal », a dit M. Sarr. Ainsi cette enveloppe servira à faire de Air Sénégal « une compagnie forte à renforcer, la création d’un centre de formation des métiers aéronautiques et la construction d’un centre de maintenance », a affirmé M. Sarr…

« Il nous faut banaliser le transport aérien… le rendre accessible au Sénégalais »

La relance des transports aériens passe nécessairement par la promotion de l’aérien intérieur. C’est ce qu’a compris l’État du Sénégal, qui a lancé les travaux de l’aéroport de Saint-Louis-Ourossogui- Matam, pour 40 milliards et la construction de 8 autres aéroports régionaux. Ainsi à terme, ‘’il nous faut banaliser le transport aérien. » Cela passera par la promotion de la compagnie nationale auprès de ces aéroports régionaux. « La construction du hub c’est donc la connectivité intérieure renforcée mais aussi la connectivité internationale du Sénégal et c’est ça qui permettra justement de rendre accessible le transport aérien à toutes les Sénégalaises et à tous les Sénégalais », a dit le MTTA, M. Alioune Sarr. 

Des pertes de près de 30 milliards du chiffre d’affaires et 1,3 million de passagers.
Les conséquence du covid-19 sur les transports aériens sont énormes. Premier secteur touché de plein fouet par la crise, c’est le transport aérien. « Air Sénégal, a perdu 20 milliards de chiffre d’affaires en  3 mois. L’ AS aura perdu 6 milliards. C’est 1,3 million de passagers perdus, ce qui a eu un impact énorme sur le secteur », a dit le Ministre du Tourisme et des transports aériens, M. Alioune Sarr, qui a réuni l’ensemble des acteurs de la plate-forme aéroportuaire de AIBD et des sites décentralisés, ce mardi 05 mai 2020 pour une réunion par vidéoconférence, pour échanger sur le plan de la résilience et de la relance du secteur des transports aériens.

Le MTTA, M. Alioune Sarr répond aux voyagistes privés. 

À travers un communiqué paru dans la presse que le regroupement national des organisations privées du hajj et de la oumra au Sénégal (RENOPHUS), regroupés autour de 240 organisations spécialisées dans le Hajj et la Oumra, invite l’État du Sénégal, à un accompagnement et à une assistance de ce secteur. Ces derniers affirment  « ne plus savoir  à quel saint se vouer parce que n’étant inclus nul part dans les stratégies concernant la résilience économique et sociale. Nous ne  sommes ni pris en charge par le ministère du tourisme ni par celui des affaires étrangères dans la stratégie d’accompagnement des secteurs touchés. Interpellé sur cette requête des voyagistes privés, le Ministre du tourisme et des transports aériens, M. Alioune SARR, a tenu  à les rassurer. En effet, dira-t-il, « dans la chaine de valeur touristique, les voyagistes privés en font partir. On a estimé qu’ils perdront en 4 et 5 milliards. Il sont donc éligible au crédit hôtelier, au même titre que les restaurateurs, que les hôteliers…Ils sont éligibles, il suffit juste qu’ils s’adressent au crédit hôtelier » 

Partager



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *